Cet article invité a été écrit par Nicolas du blog triathlon pour tous

triathlon sport pour tous

« Qui est ce dingue qui voudrait me rendre plus zen en pratiquant un sport de fou ? » C’est ce que vous vous dites ? Alors, ayez l’audace de lire jusqu’au bout et vous changerez d’avis.
Comment la pratique du triathlon peut rendre plus zen ? C’est ce que nous allons voir maintenant en 4 points.

1- Aller au-delà des idées reçues

Beaucoup pensent que le triathlon est un sport de fous, de dingues, d’acharnés. Il n’en est rien. Si l’on exclut les professionnels, la plupart des pratiquants sont des gens tout à fait normaux, ont un travail et une vie de famille. Ce qu’ils font n’est pas insurmontable, cela demande seulement de la préparation, de la rigueur et de la motivation.

La plupart d’entre eux ont commencé par des triathlons petits formats. Ce sport étant addictif, ils se sont entrainés davantage, ils ont rallongé les distances et parfois sont allés jusqu’à la fameuse distance de l’Ironman.

Le simple fait d’essayer ce sport vous permettra de prendre du recul sur un grand nombre de choses de la vie et de mieux percevoir vos propres capacités. Cette épreuve vous apportera une grande confiance en vous. Vous serez, de fait, plus zen.

2- Hygiène de vie

Le triathlon, comme de nombreux sports d’endurance, vous encourage à avoir une certaine hygiène de vie.

2.1 Le Repos

En pratiquant le triathlon, beaucoup de personnes découvrent que la phase de progression la plus importante, en terme de performance, est la période de repos. En effet, le principe de la progression est de solliciter le corps et de le sortir de sa zone de confort.

Lors de la récupération (les 5 clés de la récupération), le corps s’adaptera à ces sollicitations nouvelles.

Effectivement, les triathlètes s’entraînent beaucoup, mais les plus performants sont aussi ceux qui savent se reposer suffisamment. Les triathlètes apprennent donc à soigner le repos, et à optimiser le sommeil.

Ainsi dans la vie de tous les jours, une personne correctement reposée sera immanquablement moins stressée et donc plus zen.

2.2 L’Alimentation

Tout comme le repos, le triathlète souhaitant progresser, s’intéressera progressivement à l’alimentation.

En effet, l’alimentation est un paramètre important dans la préparation, surtout si on envisage de parcourir des distances conséquentes. Attention, il ne faut pas confondre hygiène alimentaire et privation.

Les triathlètes ne sont pas des personnes qui mangent peu, au contraire, ils mangent probablement plus que la moyenne, car ils ont des dépenses énergétiques importantes.

Pour rappel, un homme sédentaire consomme en moyenne 2 500 kcal par jour, une femme sédentaire environ 1 800 kcal, 1h de course à pied consomme environ 1 000 kcal, et 1h de natation environ 800 kcal.

On comprend donc facilement que l’entrainement quotidien du triathlète (entre 1h et 3h) augmente considérablement la consommation énergétique.

Afin de comprendre aux mieux les besoins de notre corps, les athlètes se documentent et finissent par apprendre comment fonctionne le corps humain et quels sont ses besoins. Généralement lors de cette documentation, ils découvrent également qu’il faut être prudent, voire éviter au maximum les produits industriels, car ceux-ci sont enrichis d’éléments qui ne servent à rien si ce n’est que de vous rendre dépendants et de vous faire consommer davantage. (la détoxification)

Une meilleure alimentation permettra de surcroît d’accéder à un sommeil de meilleure qualité.

Une bonne alimentation permettra donc, au-delà d’être plus performant, de se sentir bien dans son corps, d’être en parfaite harmonie et donc plus zen.

2.3 L’Entretien physique

Naturellement, pour pratiquer le triathlon, il va sans dire qu’il sera nécessaire de se préparer pour obtenir une condition physique minimum, et qui soit en rapport avec la distance que l’on souhaite effectuer. De fait, l’entretien et l’entrainement régulier permettront d’atteindre la condition nécessaire tout en prenant du plaisir et sans se blesser.

La dépense physique est également un paramètre important qui influe sur la qualité du sommeil. Pour bien dormir la nuit, il faut bien se dépenser la journée. Le fait d’avoir une consommation énergétique suffisamment importante en journée déclenchera une réaction physiologique est permettra de s’endormir facilement d’une part, puis de dormir profondément d’autre part.

La dépense physique permet également d’évacuer les tensions nerveuses et de provoquer une sensation de bien-être incontestable (libération d’endorphines). Vous vous sentirez immanquablement plus zen.

Ex : Sensation de bien être après une bonne séance de natation en soirée en sortant d’une journée de travail stressante.

3- Concentration et persévérance

Pour réaliser un triathlon, il faudra comme déjà vu précédemment, se préparer et pour ceci, on fixera un objectif à atteindre. Cet objectif sera probablement décomposé en plusieurs petits objectifs qui seront parfois difficiles à atteindre.

Pour cela, il sera indispensable de travailler la concentration et la persévérance par le biais d’actions que l’on mettra en place pour atteindre le but final.

Par exemple : le temps objectif est compromis, car la natation est un point faible, on décidera de prendre quelques cours avec un moniteur pour se perfectionner sur la technique de nage.

Rien n’est jamais acquis d’avance et il faut savoir travailler les points faibles pour devenir meilleur. (Définir un objectif)

Tout comme le fait de dépasser les idées reçues, travailler sa concentration et sa persévérance vous fera gagner énormément en confiance et naturellement en sérénité. Le fait de voir comment vous avez anéanti (ou réduit) vos points faibles, vous rendra bien plus zen.

4- Réalisation de soi

Rien de tel pour vous booster le moral que de repousser ses limites. On découvre bien souvent que celles-ci sont bien plus loin que ce que l’on imaginait lorsque l’on dépasse ce qui nous semblait inatteignable auparavant.

pyramide de maslow

Figure 1 : La pyramide de Maslow est une hiérarchie des besoins

La sensation de réalisation de soi ou l’accomplissement (qui pour rappel est le sommet de la pyramide de Maslow) est pleinement atteinte lorsque l’on franchit la ligne d’arrivée d’un triathlon alors que l’on ne s’imaginait même pas être capable de le faire quelques années plus tôt. C’est une expérience qu’il faut vivre au moins une fois dans sa vie, mais attention, vous aurez très probablement envie de recommencer…

La réalisation de soi est probablement, parmi tous ces facteurs, celui qui vous permettra de percevoir le mieux, combien vous vous êtes plus zen qu’auparavant. Cela vous aura aidé à gravir les échelons de cette pyramide (Maslow) en tissant des liens avec des compagnons d’entraînement, à gagner en estime auprès de vos amis ou de votre famille qui ne vous croyaient pas non plus capable d’accomplir ce type d’exploit.

Conclusion

Le triathlon est finalement un sport accessible à tous, j’en suis moi même la preuve vivante, j’ai commencé sans savoir nager, et je sortais d’une grosse opération du genou qui ne me permettait pas de courir plus de 1km sans douleur.

Le triathlon vous permettra donc de vous rendre compte que c’est un sport accessible à tous et vous permettra par la même occasion de retrouver une vie plus Zen en soignant votre hygiène de vie, votre manière de penser. Vous améliorerez votre persévérance et apprendrez à structurer vos actions pour atteindre des objectifs qui semblaient inatteignables.

Tous les exemples cités pour le triathlon sont parfaitement transférables dans la vie personnelle et professionnelle.

Nicolas du blog triathlon pour tous

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Tags: , , , , , ,

4 commentaires on Comment le triathlon peut vous rendre plus zen?

  1. Je crains que la pratique du sport très intensive soit non physiologique … En fait beaucoup de sportifs « intensifs » ou professionnels, n’ont pas un bon état de santé (témoignages de médecins les accompagnants), quelques uns le sont …Ils doivent avec le plus grand soin veiller à leur alimentation et lutter contre l’acidification et le stress oxydatif en permanence.
    Je dis oui au sport pour tous … avec modération, sinon vigilance.

    • Nicolas dit :

      Bonjour Patrice,
      Nous sommes bien d’accord et c’est bien pour cela que je dis dans l’article que je parle pour les sportifs « non professionnels ».
      Pour ma part ainsi que tous les personnes qui pratiquent des sports dans mon entourage (course à pied, vélo,, natation, escalade, ski nautique, rando sportive,…) je constate que nous sommes globalement en bonne santé et rarement malade. Contrairement à d’autres personnes de mon entourage qui elles ne pratiquent aucune activité physique et sont régulièrement affaiblies par les divers virus qui passent.
      Nous sommes donc bien d’accord que le sport entretient mais dans tout, à l’extrême, cela détruit.

  2. Vince dit :

    C’est un immense défi pour une personne peu sportive de se fixer l’objectif de terminer un triathlon.

    Comme vous le dîtes ce doit être pris comme un vrai projet, qu’on construit étape par étape.

    Les effets positifs du sport sur le moral sont prouvés depuis de nombreuses années et entreprendre un tel projet vous amènera clairement sur le chemin de la zénitude (tant que vous prenez le temps de bien faire les choses)

    Vous en ressortirez plus épanoui, plus heureux et aussi fier de vous, car vous aurez accompli quelque chose d’exceptionnel.
    Etant donné la persévérance qu’il faut dans l’entrainement et l’effort pour terminer cette épreuve, celle-ci fera de vous une personne avec une volonté de fer !

    Des bienfaits à tous les niveaux donc

    • Nicolas dit :

      C’est vrai que le triathlon est une bonne école de la vie (mais d’autres activités le sont également).
      Et comme je l’expliquait dans l’article, cela est très bénéfiques sur des points très variés comme tu le résume également.
      Le seul inconvénient du triathlon, c’est très addictif… Quand on a essayé, il est difficile d’arrêter!

Laisser un commentaire

38 Partages
Partagez38
Tweetez