Note : cet article est une traduction de l’article The Truth About Your Uncertain Life Path & Purpose de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

But de vieSi vous avez la vingtaine ou la trentaine, vous pourriez ressentir beaucoup d’incertitude, tout le temps ; vous n’êtes pas sûr du but que vous avez dans la vie, ou vous n’êtes pas certain du chemin que vous devriez prendre dans la vie.

C’est normal.

Nous voulons tous savoir quelles devraient être nos ambitions dans la vie.

Nous voulons tous avoir un certain but dans la vie.

Nous voulons tous sentir que nous sommes sur la bonne voie.

Nous voulons tous être parfaits dans nos habitudes, nos routines, notre productivité.

Nous voulons tous ressentir plus de certitude, et être parfaits dans ce que nous faisons.

Le confort de la certitude et de la perfection, contre la peur de l’incertitude et d’agir en-dessous de nos capacités. C’est une lutte.

Laissez-moi vous dire un secret : personne ne peut échapper à cette lutte. Pensez aux gens qui ont le plus de succès – Bill Gates, Obama, Taylor Swift. Pensez-vous qu’ils ont trouvé comment faire ? Pensez-vous qu’ils sont certains de ce qu’ils font et qu’ils ont la sensation d’avoir atteint la perfection ? Aucune chance. Aucun être humain, ni moi ni n’importe qui d’autre, ne ressent la moindre certitude quant à son but ou son chemin. S’ils le font, ils se leurrent. Mais s’ils sont honnêtes, ils admettent qu’ils ne ressentent pas cette certitude.

Personne n’a jamais la sensation d’avoir trouvé la routine de productivité parfaite, la version parfaite d’eux-mêmes… parce que cela n’existe pas.

En ayant cela à l’esprit, je vais faire quelques recommandations – en vous avertissant que je n’ai pas trouvé tout cela tout seul, et que je ne suis pas certain de ces recommandations :

  1. Réalisez que tout est incertitude. Quand vous procrastinez, c’est à cause de l’incertitude (pouvez-vous le faire ou pas ?). Quand vous êtes jaloux de ce que les autres font sur Instagram, c’est à cause de l’incertitude (pouvez-vous tirer le maximum de votre vie ou pas ?). Quand vous êtes anxieux, c’est à cause de l’incertitude (à propos de l’avenir). Quand vous vous sentez coupable ou mal personnellement, c’est à cause de l’incertitude (êtes-vous une personne bonne, disciplinée, aussi bonne que possible, etc., ou pas ?). Tout cela, c’est l’incertitude.
  2. Réalisez qu’aucun d’entre nous n’aime cette incertitude. Nous ressentons tous de l’incertitude, toute la journée, et nous luttons tous contre elle. Certaines personnes ont appris à être plus à l’aise là-dedans que d’autres, mais en règle générale personne n’aime l’incertitude. Si quelqu’un dit que cela ne lui pose pas de problème, il n’est probablement pas honnête, ne serait-ce qu’avec lui-même. Nous n’aimons pas ça, donc nous essayons de trouver de la certitude d’une façon ou d’une autre, en trouvant une chose dans laquelle nous sommes plus à l’aise, une chose que nous pensons maîtriser ; distractions, nourriture-plaisir, shopping, alcool, avoir une attitude revêche vis-à-vis des autres, se renfermer.
  3. Remarquez les moments où vous ressentez cela. Être conscient de ce sentiment d’incertitude est en fait une super compétence à développer. En travaillant sur cette prise de conscience, vous allez vous sentir incertain vis-à-vis du fait même d’être conscient. Est-ce que vous le faites bien ? Est-ce que vous le faites mal ? Vous ne savez pas. C’est simplement plus d’incertitude dont vous êtes conscient. Testez simplement ceci : quand vous ressentez de l’anxiété, de la peur, des doutes, de la procrastination, un besoin de distractions, de la colère vis-à-vis des autres, etc., mettez-y simplement l’étiquette « incertitude ». Voyez si vous pouvez définir ce sur quoi porte cette incertitude.
  4. Restez dans cette sensation. Cette incertitude que vous ressentez n’est pas agréable. Ce n’est absolument pas grave, parfaitement normal. Ne le fuyez pas. À la place, restez avec cette incertitude inconfortable et peu attrayante. C’est là, en vous, cela fait partie de cet instant, cela fait partie de vous mais ce n’est pas totalement vous. Restez simplement, restez. Soyez là avec cette sensation, comme si vous étiez avec un ami en larmes.
  5. Tournez-vous vers ce moment, et trouvez l’insupportable beauté qu’il porte. Après être resté avec cette incertitude pendant un moment, réalisez que vous essayez de connaître l’inconnaissable. Vous ne pouvez pas savoir quel sera le chemin parfait, vous ne pouvez pas savoir comment vous pourriez être parfait, vous ne pouvez pas savoir quel est votre but dans la vie tant qu’il ne commencera pas à se dévoiler de lui-même. Vous ne pouvez pas connaître votre destination avant d’y être arrivé. Donc au lieu de vous embourber intellectuellement dans ce que vous ne pouvez pas savoir, concentrez-vous sur ce que vous avez vraiment en face de vous. Regardez l’espace physique qui vous entoure, et ressentez l’énergie de cet espace. Cela inclut l’énergie de ce que vous ressentez en vous, mais aussi l’espace fluide autour de vous, occupé par des objets, de la lumière, des gens, des sons, du mouvement. Vous pouvez y trouver une beauté incroyable si vous y faites vraiment attention, avant que cela ne disparaisse.

Voici ce à quoi il faut s’entraîner. Ce n’est pas facile. Ce n’est pas certain. C’est beau.

Crédits photo : © Milles Studio – Fotolia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Tags: , , , , , ,

5 commentaires on Chemin et but dans la vie : la vérité sur votre incertitude

  1. Olivier dit :

    Bonjour,

    « Aucun être humain, ni moi ni n’importe qui d’autre, ne ressent la moindre certitude quant à son but ou son chemin ».

    Il me semble que deux notions sont à distinguer. L’absence de certitude, qui est le contraire et néanmoins le pendant de la certitude, et l’incertitude.

    L’absence de certitude est le doute, conscient ou non, de faire ou d’avoir fait ce qu’il faut à un moment donné. Et seul l’avenir répondra à la question et comblera ce doute. Autrement dit, l’absence de certitude est un sentiment de malaise sur lequel chacun d’entre nous a une certaine possibilité de peser en agissant.

    L’incertitude relève davantage de ce sur quoi nous n’avons pas de prise. C’est à la fois terrifiant, être balloté de-ci de-là au gré des évènements, mais ce peut être aussi une bonne excuse pour procrastiner, et pourquoi pas ne rien faire. Elle est d’une certaine façon confortable. Ainsi, reporter la responsabilité de ce qui nous arrive sur les autres, voire invoquer « la faute à pas de chance », nous met à l’abri de tout reproche que nous pourrions nous faire.

    A chacun de prendre sa vie en main et de savoir s’il préfère vivre dans l’absence de certitude en ayant agi, ou dans l’incertitude en ayant laissé faire.

  2. mona dit :

    Bonjour,
    L’incertitude fait partie de nous étant etre humain, on n’est jamais sure de faire le meilleur choix, ça nous arrive d’hesiter de prendre des decisions dans le quotidien, ou bien de grandes decisions vitales à un certain moment de nos vie,
    selon les neuroscientifiques, c’est notre incoscient qui prend les decisions à nos places, il nous guide meme dans le choix du bon conjoint, des gens qu’on connaisses……., on doit juste s’ecouter soi meme, la meilleure decision, est toujours en nous.
    merci
    bon courage
    mona

  3. Rodolphe dit :

    Il y a une école pour « décider dans l’incertitude » et sa devise est « Ils s’instruisent pour vaincre »
    Il s’agit de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr.

  4. Carole dit :

    C’est drôle : à vingt ans j’étais pleine de certitudes, un peu moins à trente.
    Passé quarante ans, les certitudes s’estompent au profit de la satisfaction d’avancer sur un chemin incertain mais sur lequel nous avons eu et aurons notre part de responsabilité et de choix.
    Savoir qu’on ne sait pas encore est plutôt une belle chose non ? Cela laisse le loisir d’apprendre et donne la joie de découvrir.
    Carole.

  5. Sanna dit :

    Les incertitudes c’est à tous âges. Toute la vie on se pose des questions, si on a bien fait si c’est le moment, la peur aussi du rejet de la part des autres. A 20 ans, c’est facile, on a l’impression que le monde est à nos pieds. Et puis ensuite, les événements de la vie, la capacité de chacun. Voilà, on avance sur le parcours de notre vie avec tous les espoirs au fond de nous. Les incertitudes nous permettent d’avancer. C’est aussi une évolution constante de nous même, et c’est bien ainsi.
    Merci Olivier pour votre texte, vous êtes un sage.
    Dominique

Laisser un commentaire

36 Partages
Partagez36
Tweetez