Note : cet article est une traduction de l’article A Call for Compassion for the Defenseless de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

De la main de l'hommeNous n’aimons pas penser que notre façon de vivre est mauvaise, que nos croyances sont fausses, que nous prenons part à la cruauté ou à l’injustice.

Nous voulons nous voir comme des gens bien.

Je le sais parce que j’ai réagi avec colère et sur la défensive la première fois que j’ai entendu des critiques sur les vêtements que je possédais, fabriqués dans des ateliers de misère, sur le consumérisme auquel je participais, sur la culture sexiste et homophobe dans laquelle j’avais grandi. Je le sais parce que j’ai raillé les végétariens et végétaliens quand j’ai pour la première fois entendu parler de leur abstinence ridicule de viande et de produits d’origine animale.

Et pourtant, nous pouvons être de bonnes personnes, et fermer les yeux face aux actes répréhensibles.

C’est là que ceux qui voient les actes répréhensibles ont un devoir : se faire entendre, et faire un appel à la conscience, un appel au changement. Et un appel à la compassion.

Aujourd’hui je fais un appel à la compassion pour les animaux : des animaux sans défense, qui souffrent, et qui ont des sentiments.

Notre système alimentaire

J’ai grandi dans le monde moderne, dans lequel la nourriture m’est apportée déjà préparée, prête à manger. Les barquettes au micro-ondes, les nuggets de poulet, les sachets de chips, les emballages de bœuf séché et les sucreries : c’était du pareil au même pour moi. Ce n’était que de la nourriture.

Je ne savais rien de la provenance de cette nourriture. S’il m’arrivait de penser aux animaux, c’était des animaux dans des fermes paisibles, vivant une vie heureuse. Mais généralement je ne pensais qu’à la nourriture, la délicieuse, nourrissante et appétissante nourriture. Ce n’était pas des êtres vivants, juste de la nourriture.

Évidemment, si nous ouvrons vraiment les yeux, ce sont des êtres vivants doués de sensibilité et de sentiments que nous mangeons. Et ils ne sont pas heureux ou en paix : ils souffrent, dans des usines de production à la chaîne fonctionnant à base d’injections d’hormones, de tortures quotidiennes, d’enfer sur terre, et de meurtre.

Nous ressentons à juste titre de la compassion quand les humains sont sujets au meurtre de masse et au génocide, sous le règne des nazis ou de Pol Pot, chez les kurdes, au Rwanda, et autres itérations de souffrance horrible et d’injustice. Et pourtant, nous participons à la torture et au meurtre de masse d’autres êtres vivants, simplement pour notre bon plaisir.

Bien sûr, je concède que les vies humaines et animales ne sont pas égales. Mais cela ne signifie pas qu’elles sont sans valeur ou qu’elles ne sont pas dignes de notre compassion. Cela ne signifie pas que nous pouvons les traiter comme des objets sans aucune sensibilité.

Beaucoup de gens lisant ces lignes aiment les animaux ; vous aimez les chiens, ou les chats, ou les lapins, ou les dauphins. Vous ne fouetteriez jamais un chien. Vous n’égorgeriez pas vos animaux de compagnie après leur avoir donné une raclée en bonne et due forme. Vous sentez ce qu’ils ressentent et les croyez dignes de votre compassion.

Et pourtant, nous ignorons la souffrance extrême des animaux. Qu’on leur inflige pour nous. Pour notre plaisir.

Aucune justification

Je suis convaincu qu’il n’y a aucune justification pour la torture et le meurtre des animaux que nous élevons pour en faire notre nourriture.

Je pourrais probablement tuer un animal par légitime défense, ou pour sauver mes enfants, ou pour sauver d’autres vies humaines. Mais nous ne parlons pas d’un choix entre tuer les humains et tuer les animaux.

Nous parlons d’un choix entre tuer les animaux et ne pas les tuer.

Il n’y a aucune justification à tuer ces animaux. Voici quelques raisons communément données comme justification :

  • La santé : Certaines personnes croient que manger de la viande/du poulet/du poisson ou des produits laitiers/des œufs est nécessaire pour notre santé. On peut prouver que ça ne l’est pas : les végétaliens sont (en moyenne) en meilleure santé que les non-végétaliens. Évidemment, ils pourraient devoir faire plus attention à certaines vitamines (la B12, par exemple), mais c’est en fait vraiment facile et ce n’est pas un souci. Je suis végétarien/végétalien depuis des années, et je suis en meilleure santé que je l’ai jamais été, et régulièrement contrôlé comme étant en super bonne santé d’après tout un tas de tests. Je ne suis qu’un seul cas, mais il y a toute une littérature scientifique sur l’excellente santé des végétaliens (avec des exceptions, bien évidemment – tout le monde ne fait pas attention à sa santé, et certaines personnes suivent des régimes végétaliens complètement dingues comme le frugivorisme, entre autres). Mais de toute façon, c’est entièrement possible, et ce n’est pas très difficile, d’être en bonne santé avec une alimentation végétalienne. C’est possible d’être en bonne santé avec un régime non-végétalien, mais selon moi vous pouvez être en bonne santé dans les deux cas ; donc les produits d’origine animale ne sont pas nécessaires pour la santé.
  • C’est naturel. Beaucoup de gens utilisent cela comme justification : il est naturel que nous tuions des animaux, c’est dans notre nature. Et même si cela a probablement été vrai historiquement, que les premiers hommes ont tué et mangé des animaux, cela n’était certainement pas au point que nous avons atteint aujourd’hui quand nous tuons et mangeons des animaux. Et des recherches ont démontré que ce que nous pensons savoir sur l’alimentation de nos ancêtres, à l’époque du paléolithique, est généralement faux. Et comme je l’ai dit précédemment, aujourd’hui beaucoup de gens ont une alimentation végétalienne et les tests prouvent qu’ils sont en très bonne santé, donc ce qui est « naturel » n’est pas forcément ce qui est sain.
  • Les animaux ne pourraient pas vivre sans notre aide. C’est un autre argument que j’ai entendu : que si nous arrêtions de manger les animaux, ils ne seraient pas capables de survivre sans nous. C’est incroyable pour moi de voir que nous pouvons nous servir du fait d’avoir rendu nos animaux-nourriture totalement sans défense comme justification pour continuer à les tuer, comme si nous les tuions pour leur propre bien. En passant, cet argument (que les animaux ne survivraient pas sans notre aide) est le même argument qui a été utilisé pour justifier l’esclavage et continuer à oppresser les femmes.
  • Impossible d’arrêter de manger de la viande. Beaucoup de gens pensent qu’ils ne peuvent pas arrêter de manger de la viande (ou du fromage, ou quoi que ce soit d’autre). C’est également faux. Ils ne veulent clairement pas arrêter la viande, ce qui est compréhensible, mais il est faux de dire que vous ne pouvez pas arrêter la viande. Beaucoup de gens l’ont fait, avec joie, alors même qu’ils pensaient qu’ils n’y arriveraient pas. Il y a bien d’anciens végétaliens qui sont devenus moins sains en passant à une alimentation végétalienne, mais c’est habituellement parce qu’ils ne comprennent pas comment s’assurer un apport suffisant en B12, en fer ou en protéines. Honnêtement, ce n’est pas difficile. Bien des sites sur internet expliquent comment se nourrir de façon appropriée.
  • Tous les autres le font. Vivant dans une société où tous les autres participent au système, vous pourriez avoir la sensation qu’il est plus facile de continuer à suivre le système. Et c’est indéniablement vrai. Mais la facilité ne devrait pas justifier un système horrible, si ? Devons-nous suivre tous les autres s’ils tuent des innocents, simplement parce que c’est plus facile ? Devons-nous fermez les yeux parce qu’il est trop déplaisant d’entendre ce qui arrive aux animaux que nous mangeons ? Ne devrions-nous pas faire ce qui est juste, simplement parce que nos amis et notre famille ne le comprendraient pas ? Je vis clairement une vie marginale par rapport à celle de mes amis et de ma famille, et ils ne le comprennent souvent pas. Je le fais quand même, parce que je crois que c’est une chose à faire qui est emplie de compassion. Et je ne suis pas meilleur que vous, j’ai simplement la volonté d’écouter ce qui arrive.
  • On élève les animaux de façon éthique. Les autres gens veulent avoir de la compassion mais ils mangent quand même de la viande, donc ils achètent de la viande d’animaux élevés en plein air ou en liberté. De la viande heureuse, ça n’existe pas. Mais dans tous les cas, manger de la viande avec compassion n’est pas une justification ; vous la mangez parce que vous aimez la manger, pas parce que vous en avez besoin.
  • Les œufs et les produits laitiers, ça va. Les végétariens vont souvent consommer des œufs et des produits laitiers, parce que pour les produire il n’est pas nécessaire de tuer des animaux. La plupart des gens ne comprennent pas la souffrance et le meurtre dont se servent les industries des œufs et des produits laitiers. Lisez-en plus ici et ici, pour commencer. (liens en anglais)

Cela se ramène à ceci : la seule raison pour laquelle vous mangez de la viande ou d’autres produits d’origine animale est que vous aimez ça. Pour votre plaisir. Et pour moi, tuer pour le plaisir n’est pas justifié.

Ce n’est pas une accusation contre vous en tant que personne. Vous êtes une bonne personne, tout comme je le suis. C’est une accusation contre le système alimentaire dans lequel nous avons grandi.

Un appel au changement

Il est possible de changer le système.

Nous pouvons essayer le végétalisme. Ce n’est pas difficile, en fait c’est même appréciable une fois que vous y êtes habitué, et cela peut être très bon pour la santé.

Vous pouvez me rejoindre et ressentir de la compassion pour les autres êtres sensibles. Ne fermez pas les yeux. N’agissez pas sur la défensive. Ne participez pas à la torture et au meurtre de masse.

Retirez-vous des horreurs du système alimentaire actuel, prônez une alimentation à base de plantes, poussez au changement.

Maintenant que vous êtes éveillé et conscient des souffrances des animaux, vous aussi avez le devoir d’aider les autres à voir ce qui arrive. Les situations désespérées ont besoin que ceux qui sont conscients prennent la parole, ou alors ils resteront des complices.

Vous, restez calmes et résolus,
Comme une forêt fermée et muette,
Les bras croisés et avec des regards
Qui soient des armes invincibles.

Et si alors les tyrans l’osent,
Laissez-les chevaucher au milieu de vous,
Massacrer, poignarder, mutiler et trancher,
Laissez-les faire ce qu’ils veulent.

Vos bras croisés et vos yeux fermés,
Avec peu de crainte, et encore moins d’étonnement
Regardez-les pendant qu’ils tuent
Jusqu’à ce que leur rage soit morte et évanouie.

~Percy Bysshe Shelley

 Crédits photo : © yannpro – Fotolia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Tags: , , , , , , ,

9 commentaires on Un appel à la compassion pour ceux qui sont sans défense

  1. val2 dit :

    «je concède que les vies humaines et animales ne sont pas égales» partir du postulat qu’une vie d´homme est supérieure à une vie animale constitue notre première erreur. De là proviennent toutes nos déviances environnementales

  2. *Sophie* dit :

    Bonjour Olivier, et merci à Léo, pour son article.
    J’aimerai apporter un « petit » éclairage sur ces écrits, car en tant qu’Etre éveillé, et communiquant avec les Animaux, je reprend complètement la « Compassion » pour le Monde Animal, et leur implication, auprès de nous.
    Pour la solution apportée, via végétalisme, véganisme, etc. c’est « encore » une forme de pouvoir que de le proposer…
    Regardons plutôt au fond de nous, ce qui nous est « équilibré », dans notre COEUR… mangeons en conscience (l’animal ayant déjà donné de sa vie!!)… REMERCIONS le pour sa participation (C’EST LE PLUS BEAU CADEAU QUE L’ON PEUT LEUR FAIRE!!) et poursuivons tous ensemble, un changement de NOTRE conscience pour les Animaux
    aient aussi une Vie paisible, comme nous le souhaitons également pour nous.
    Je NOUS aime*** « Respectons toutes formes de Vie sur notre Terre »

  3. Alexandre dit :

    Allez je me mouille un peu : Il est difficile de répondre en approfondissant votre réponse aux delà de toutes les évolutions du passé connues ou retenus que les grands maître enseignent car on soigne un animal avec ses possibilités et on l’aide lorsqu’il tombe , comme on le ferait pour un être humain car tous deux sont de création divine et toute vie doit être respectée.En sachant tout de même qu’il y a différents degrés de l’évolution basic qui sont le minéral, végétal ,l’animal – , l’humain etc qui fait partie d’une évolution qui doit être respecté dans leur attribution…et pour faire court comme le dit « une vieille légende indienne quand même vous avez atteint la source, au niveau de votre évolution vous reprenez le cycle du végétal par décision de votre propre libre arbitre … la vrai signification de la vie …aussi…vue sous un autre angle bien sur..

  4. Jacob dit :

    Bonjour,
    C’est toujours avec grand plaisir que je lis les articles que je reçois. D’ailleurs, les recevoir est toujours une grande joie. A chaque fois, cela me permet de décider de prendre du temps pour moi, de me distancier. Pour cet article-là, je tiens à vous remercier particulièrement du sujet traité. Il faut savoir que c’est sur le système de la « Polyculture élevage » que notre société s’est construite et déformée. Dans ce système agricole industrialisé, nous avons perdu notre âme, notre capacité à la compassion, notre relation au monde animal, et aux autres. Ce système est de plus ancré sur notre peur face à la survie alimentaire…Notre peur viscérale de mourir.
    Les animaux, comme nous, évoluent et deviennent de plus sensibles. Manger un animal maltraité et non respecté, n’est-il pas un risque de nous exposer à vivre cette situation?

  5. Chantal P dit :

    Encore et toujours la même polémique 😉 Discours trop extrémiste pour moi. Vouloir imposer un mode alimentaire plus qu’un autre, quel qu’il soit, est déjà ne pas respecter l’Etre Humain. Pour la violence que subissent certains animaux, bien sûr que je suis complètement en accord mais pour en avoir côtoyé heureusement plus que ce que les médias peuvent dire, de plus en plus d’éleveurs font leur travail avec un certain niveau de conscience et comme mes ancêtres amérindiens d’une autre vie ou mon grand’père de celle-ci, ils respectent et savent remercier l’animal… Par ailleurs, l’animal est-il sans défense ? Je ne crois pas mais bien sûr cela dépend dans quel « circuit » alimentaire il se trouve. Paix SUR TOUS LES REGNES DE LA VIE… une boutade en passant (pas sûr), ne mangez pas les plantes car elles sont vivantes ! Vivez de Prâna…

  6. françoise dit :

    Bravo pour cet appel de Leo Babauta transmit et complété par Olivier,essentiel pour l’avenir de notre planète, la tâche est immense, mais vaut la peine , c’est une prise de conscience progressive et urgente, non seulement pour les animaux qui sont des êtres comme nous seulement différents…que l’on traitent de la pire des façons depuis plus de cinquante ans avec ce cher capitalisme…Mais de nos jours la maltraitance et surtout l’empoisonnement généralisé de la planète va faire que le changement de nos sociétés est évident et le poème de Percy Bysshe Selley est très fort…MERCI

  7. Florence dit :

    Bonjour,

    En train de le faire ! Juste inscrite à une liste de diffusion « contre » la viande : https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/abolitiongroup/info

    Cordialement!

  8. Nathalie dit :

    Il paraît que depuis l’aube de l’humanité, maintes personnes ont essayé de faire changer les choses, il paraît aussi d’après les nombreux écrits ou dires que les vrais problèmes restent les mêmes et que peu de choses ont vraiment changé. Ceci est un peu hors sujet.

    Un peu plus dans le sujet : que penser d’un parent qui cajole et adore son chien alors même qu’il méprise ses propres enfants par le mensonge, la manipulation, etc…

    On est en effet assez loin du respect du vivant depuis longtemps.

  9. pierre dit :

    Bonjour et merci!
    Je passe progressivement au végétarisme…
    A lire aussi l’émouvant article de Mathieu Ricard sur son blog

Laisser un commentaire

74 Shares
Share64
Tweet10