Note : cet article est une traduction de l’article 7 Discipline-Mastering Practices de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Travail personnelUn artisan est maître de son métier par la pratique répétée, avec soin et apprentissage constants, avec dévotion vers son objectif.

Il en va de même pour maîtriser l’art de la discipline :

  • Une pratique répétée
  • Une dévotion résolue envers un objectif
  • L’apprentissage constant
  • L’attention

J’ai réfléchi à ce qui était nécessaire pour maîtriser l’art de la discipline, et j’ai trouvé quelques pratiques qui m’ont été extrêmement utiles :

  1. Faites votre tâche même quand vous n’êtes pas d’humeur. La procrastination est un problème tellement commun que je pense qu’il est universel. La principale raison pour laquelle nous procrastinons, sans l’admettre personnellement, est « Je ne suis pas d’humeur à faire ceci. » La tâche est probablement difficile ou déroutante, et donc elle est inconfortable, et vous préfèreriez faire des choses plus simples, pour lesquelles vous êtes bon. Vous préférez ranger la maison ou vous faire les ongles ou vérifier vos mails au lieu de commencer à écrire le prochain chapitre de votre livre. Mais si nous attendons d’être d’humeur, nous ne maîtriserons jamais la vie. À la place, pratiquez ceci : engagez-vous à faire une tâche, et commencez à la faire, quoi qu’il arrive. Ne vous laissez pas vérifier les mails, ou les réseaux sociaux, ou aller nettoyer je ne sais quoi, ou faire une corvée ou une course rapide. Asseyez-vous, et faites-la. Cela sera inconfortable. Vous pouvez quand même la faire, même si c’est inconfortable.
  2. Faites du sport même quand vous n’en avez vraiment pas envie. Oui, c’est la même chose que pour la procrastination ; nous repoussons l’exercice pour diverses raisons, généralement parce que c’est difficile et que nous préfèrerions faire quelque chose de plus simple. Mais je le vois comme une chose que j’ai besoin de faire pour m’occuper de moi, comme manger sainement et me brosser les dents. Vous n’arrêteriez pas de vous brosser les dents pendant une semaine, si ? Vos dents pourriraient. De la même manière, ne pas faire de sport pendant des semaines fait pourrir votre corps. À la place, pratiquez ceci : dites-vous que vous allez faire une séance de sport/de footing à un certain moment, puis mettez-vous à l’ouvrage. Faites-le même si vous êtes fatigué ou que vous vous sentez paresseux. Ignorez la sensation de paresse, la distraction, effacez ça de votre esprit. Vous découvrirez que vous vous sentirez bien de l’avoir fait. De cette façon, vous commencerez à maîtriser les choses qui sont inconfortables.
  3. Restez assis en ressentant la faim. Nous avons tendance à paniquer quand nous avons faim, et à nous précipiter sur la cochonnerie la plus proche. Ce que j’ai appris est que vous pouvez avoir faim et que ce n’est pas la fin du monde. Nous n’avons pas toujours besoin d’être repu et satisfait de nourriture incroyablement délicieuse. À la place, pratiquez ceci : ne mangez pas si vous n’avez pas faim. Quand vous avez faim, restez assis un moment et tournez-vous vers la faim, et voyez la sensation que cela fait. Ce n’est pas si terrible. Cette pratique n’a pas pour but de vous affamer (pas super), mais de vous montrer qu’un peu d’inconfort ne ruinera pas votre vie, et que vous pouvez faire des choix conscients quant aux moments et à la façon dont vous mangez.
  4. Parlez à quelqu’un de quelque chose d’inconfortable. Nous évitons les conversations difficiles, parce qu’elles ne sont pas marrantes. Elles sont effrayantes, inconfortables. Mais cela mène à toutes sortes de problèmes, dont le ressentiment, une mauvaise relation, une situation qui empire, et plus encore. À la place, pratiquez ceci : quand vous avez un problème avec quelqu’un, au lieu de rejouer le problème dans votre tête, parlez gentiment à la personne, avec compassion. Essayez de voir la situation de son point de vue, pas seulement du vôtre. Amenez cela avec un simple « Hé, est-ce qu’on peut parler de ___ ? » Et dites-lui comment vous vous sentez, sans l’accuser ou la mettre sur la défensive. Demandez-lui comment elle se sent à ce propos. Abordez-la avec comme attitude de trouver une solution qui fonctionne pour vous deux, qui préserve votre relation. Ce que cela vous apprend est que dépasser cette situation inconfortable résoudra beaucoup de problèmes difficiles.
  5. Tenez votre habitude. Une des choses les plus difficiles auxquelles les gens font face en changeant d’habitude est de tenir cette habitude après que leur enthousiasme initial se soit affadit. Il est facile de tenir une habitude pendant une semaine, mais qu’est-ce qui vous pousse pendant la deuxième et la troisième semaine ? Cela devient bien plus facile après trois semaines, mais beaucoup de gens abandonnent l’habitude trop tôt. À la place, faites ceci : engagez-vous sur une petite habitude pendant deux mois. Faites-le cinq minutes par jour, et faites-le à la même heure chaque jour, en ayant autant d’aide-mémoire que possible pour ne pas oublier. Notez l’habitude sur un calendrier ou un journal, pour voir vos progrès. Allez-y chaque jour et faites-le. Vous commencerez à maîtriser la formation de nouvelles habitudes, ce qui ouvrira à toutes sortes de changements.
  6. Tournez-vous vers le problème. Quand nous avons un problème, souvent nous évitons même d’y penser. Demandez-vous si vous avez un de ces problèmes : vous évitez l’exercice, vous êtes en surpoids, vous évitez un projet majeur, vous repoussez la gestion de vos finances, vous n’êtes pas content d’une certaine situation de votre vie. Souvent ce sont des situations inconfortables, et nous préférons ne pas les affronter. À la place, pratiquez ceci : voyez l’obstacle comme étant le chemin. N’évitez pas l’obstacle (la situation difficile, le problème dont vous avez peur), ne le contournez pas, ne l’ignorez pas. Tournez-vous vers lui. Voyez-le. Reconnaissez-le. Découvrez ce qui se passe. Trouvez comment naviguer dans ce problème. Vous trouverez que ce n’est pas facile, mais pas aussi terrible que vous le pensiez, et vous serez heureux de l’avoir fait. Et plus important encore : vous deviendrez meilleur pour faire face au problème.
  7. Voyez le bien dans cette activité. La discipline consiste en réalité à apprendre que vous n’avez pas besoin d’une récompense incroyable ; il y a du bien dans la simple réalisation de cette activité. Par exemple, si vous vous apprêtez à manger des plats équilibrés, vous n’avez pas besoin que cela ait le goût de votre dessert favori ou de nourriture frite (aliments-récompense) ; vous pouvez simplement apprécier l’activité de manger une nourriture fraîche et bonne pour la santé. Si vous vous apprêtez à faire du sport, il n’est pas nécessaire que ce soit pour avoir un ventre plat ou de jolis bras ; vous pouvez simplement apprécier l’activité. Pratiquez ceci : peu importe le type d’activité, trouvez le bien en elle, et l’activité devient la récompense.
  8. Méditez. Les gens pensent que la méditation est difficile ou mystique, mais c’est assez simple. Pratiquez ceci : Prenez 2 minutes pour rester immobile et vous concentrer sur votre respiration, en remarquant les moments où votre esprit s’égare et en revenant gentiment à votre respiration. Il y a d’autres façons de méditer, mais c’est la plus simple, et cela vous montre comment observer les envies qui émergent et voir que vous n’avez pas besoin d’agir et de suivre ces envies.

Vous pourriez ne pas être bon pour ça au début, mais c’est pour ça que vous devez pratiquer.

Vous apprendrez, par ces pratiques, à devenir bon dans l’inconfort, pour vous mettre à l’ouvrage même quand vous ne le sentez pas, pour vous tenir à quelque chose même quand l’enthousiasme s’évanouit, pour ne pas suivre immédiatement vos envies, pour apprécier toute activité comme une récompense en soi.

Est-ce que la vie doit être de la pure discipline sans aucun amusement ? Bien sûr que non. Mais si vous pouvez apprécier n’importe quelle activité, dans l’instant, pourquoi ne pas apprendre à maîtriser une chose qui payera sur le long terme ?

Crédits photo : © vege – Fotolia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment s\auto discipliner, comment devient on discipliné, comment sauto discipliner, comment sautodiscipliner, comment se discipliner dans la vie, comment se discipliner de la nourriture, discipline du maître

Tags: , , , , , , , , , , , ,

3 commentaires on 7 pratiques pour devenir un maître en discipline

  1. Jeanne dit :

    Bonjour, je reviens sur le 7- Trouver le bien dans cette activité…Il est vrai que notre corps et notre âme sont souvent tendus vers l’objectif, loin devant…ce qui crée de véritables tensions physiques et mentales. J’ai parfois ressenti cela quand je m’efforçais de faire ma séance de qi gong quotidienne en me disant que ça allait me permettre d’être plus souple, plus en forme et qu’il fallait que j’arrive au bout de mes 12 mouvements (et oh la la que c’était long que c’était lent!!!)….Résultat: je n’étais pas centrée et zappais ma petite séance de temps en temps. Aujourd’hui, j’ai compris que ce qui me faisait du bien c’était d’apprécier chaque mouvement dans l’instant et que plus je les faisais lentement, plus je me sentais bien…Le calme avant la tempête de la journée…Bref, c’est un vrai luxe de prendre pleinement conscience de l’instant présent. Merci encore pour cet article.

  2. Papy dit :

    j ai beaucoup aimé, surtout le point 2. merci.

  3. David dit :

    Bonjour,

    cet article de Léo montre bien que l’auto-discipline est quelque chose qui se travaille, que l’on peut améliorer : et ça c’est très intéressant! Avoir de petites victoires quotidiennes, c’est faire autant de petits pas vers plus de discipline.

    Mais le chemin royal vers l’auto-discipline, c’est l’habitude (point 5). Quand vous inscrivez une chose que vous voulez faire dans un habitude (spatiale et temporelle), alors plus besoin de s’auto-discipliner pour le faire : c’est nettement plus simple et efficace.

Laisser un commentaire

52 Partages
Partagez41
Tweetez11