Note : cet article est une traduction de l’article Struggles with My Morning Internet Fast de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Zéro internetDans mon cinquième mois de cette Année à Vivre Sans, j’ai essayé de faire sans ordinateur ou internet le matin.

La lutte a été bien plus farouche que prévu.

L’idée que je me faisais de ce mois était que je serais capable d’écrire et de lire plus, et peut-être de faire plus de stretching et d’autres activités physiques, si je m’interdisais toute utilisation d’internet avant midi. Cela s’est avéré, et quand je me suis tenu à mon interdiction j’ai pu écrire et lire beaucoup, et bien.

Mon problème a été que j’ai eu besoin de faire certaines tâches sur internet avant midi, pour le travail et pour des tâches personnelles comme planifier un voyage avec ma famille un matin (regarder le trajet sur Google Maps, par exemple). Au début, je notais simplement ce que je devais chercher et je le faisais plus tard dans la journée, et cela a bien fonctionné pendant une bonne semaine et demie. Mais après j’ai fait quelques exceptions parce que je voulais vraiment terminer le travail avant de passer à autre chose dans l’après-midi.

Un autre problème a été que, si j’étais de sortie avec ma famille tout l’après-midi (ce qui était souvent le cas), et que je ne pouvais pas utiliser internet le matin, cela signifiait que je ne pouvais pas faire une bonne partie de mon travail avant le soir. À ce moment-là j’étais fatigué après une longue journée, donc je ne faisais pas tout ce que je devais faire. Et le lendemain matin je me réveillais avec beaucoup de choses inachevées, et pas d’accès à internet possible.

Donc ce n’était pas tenable. J’ai appris que j’aurais dû être plus précis dans mes exceptions, et qu’une interdiction totale n’était pas idéale pour ma vie professionnelle. Je n’ai jamais voulu utiliser internet pour les réseaux sociaux, les nouvelles, ou ce genre de choses, simplement pour du travail légitime et diverses tâches de la vie courante.

De toute façon, j’ai fait quelques exceptions, puis encore davantage, et j’étais sur une pente glissante.

Je vais partager mes leçons ci-dessous, puis parler de mon défi du mois prochain, un mois sans glucides raffinés pour moi.

Les leçons de ma diète matinale d’internet

Quelques choses que j’ai apprises ce mois-ci :

  • Je m’appuie sur internet pour beaucoup de choses. Pour le travail, les mails, pour chercher des trucs, planifier, apprendre, pour mes finances, et plus encore. Abandonner cela, même pour une demi-journée, me donne la sensation d’être menotté.
  • Je pense qu’une interdiction plus courte serait plus utile – disons, jusqu’à 9 heures du matin. Cela me laisserait pas mal de temps pour écrire (je me lève à 5 heures), mais cela me permet aussi de faire le travail nécessaire plus tard dans la matinée.
  • Peut-être qu’une interdiction plus chirurgicale serait préférable. Par exemple, interdire la plupart des sites sauf quelques-uns dont j’ai besoin pour travailler. Une interdiction des mails serait utile pendant quelques heures, mais pas pour toute la matinée.
  • Avoir des exceptions pour une interdiction est dangereux. Si vous faites une exception, votre esprit commence à penser que ce n’est pas grave d’en faire une autre, puis une autre, et bientôt vous ne faites plus rien. Si vous faites une exception, soyez très vigilant de ne pas en faire une tendance.
  • Une fois que vous ouvrez votre navigateur, vous pouvez quasi automatiquement aller sur d’autres sites pour vérifier les choses que vous vérifiez généralement. Mémoire musculaire. Il faut aussi être très vigilant de ne pas le faire.
  • Il est très facile de perdre de vue ce que vous faites et les raisons pour lesquelles vous les faites, une fois que vous êtes distrait.
  • Ne pas avoir internet est vraiment bon pour l’écriture. Et lire. Je veux en faire un élément régulier de mes journées – je dois juste réfléchir un peu plus à la façon de faire cela.

Un mois sans glucides raffinés

Pour le mois prochain, je vais faire sans glucides raffinés.

Il y a aura une exception pendant trois jours – du 6 au 8 décembre. Pourquoi ? Parce que je participe à mon premier 50 miles le 7 décembre et que je veux pouvoir emmagasiner des glucides raffinés comme carburant. Tout ce que j’ai envie de manger. Cela inclut la nuit avant la course, et un peu de nourriture de récupération le lendemain de la course.

En dehors de ces jours, je vais supprimer les glucides raffinés ce mois de décembre. Oui, cela signifie aucun excès pendant les fêtes de fin d’année.

Que sont les glucides raffinés tel que je les définis ?

  • Le sucre et les autres sucreries en dehors des fruits
  • La farine blanche
  • Les pommes de terre
  • Le riz blanc

Donc pas de pizza, pain blanc ou sandwichs ou pâtes, frites, desserts, ou de sushis avec du riz blanc.

Qu’est-ce qui est acceptable ? Les céréales complètes (pain Ezekiel et céréales par exemple), le riz brun, les patates douces, les fruits, les farines d’amande ou d’épeautre ou quelque chose comme ça. Je m’autorise aussi le vin, et j’envisage une bière ou deux pendant le mois. La plupart des glucides raffinés dans la bière sont brûlés pendant le processus de fermentation, raison pour laquelle je rationalise. Je n’ai pas bu de bière depuis environ six mois, donc cela ne m’inquiète pas.

Je vous dirai comment cela se passe ce mois-ci !

Crédits photo : © blankstock – Fotolia.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Tags: , , , , , , ,

7 commentaires on Ma diète matinale d’internet: la lutte

  1. Nassim dit :

    Je pense qu’internet est l’ennemi numéro 1 de la productivité. On va sur un site pour vérifier un truc, et puis sans s’en rendre compte on est sur un autre site puis un autre puis un autre… Deux heures après, on n’a pas avancé sur nos projets, on n’a pas appris grand-chose. En réalité, ce n’était que du temps perdu.
    Merci pour l’article,
    à bientôt !
    Nassim.

  2. vikky dit :

    Internet fonctionne comme une grande surface…
    Il faut y entrer avec une liste en tête, et essayer de s’y tenir…
    Sinon, gare au gaspillage….de temps

  3. Anne dit :

    Je me reconnais bien dans cet article… 🙁

    Avec Internet, le zapping est tellement tentant qu’il est extrêmement facile de décrocher et perdre de vue la tâche que l’on s’était fixée.

    Mettre des exceptions dans nos bonnes résolutions est à mon avis, le plus dangereux facteur de transgression.

    Bonne journée à tous 😉

    Anne

  4. Marinab dit :

    Je suis bien placée aussi , devant mon ordinateur, pour observer comment il peut être facile de se faire manger par la machine . Il est vrai que si l’on n’y prend pas garde , bien des choses peuvent nous engloutir dans la vie,dévorer notre temps et notre énergie; On revient ici à cette notion de dosage et de concentration…de la mesure à tenir….du recul nécessaire…de faire en sorte d’une manière plus générale qu’un système nous serve et non l’inverse.

  5. Valérie dit :

    Internet est devenu la source d’information N°1. C’est difficile de s’en passer complètement. J’aime bien l’idée de s’interdire un ou deux sites qui mangent le plus de temps (et dont le premier commence par un F, vous voyez de qui je veux parler?…) Sinon, application de la méthode POMODORO pour rester concentré: http://www.droledemaman.com/je.....n-et-vous/

  6. Xavier dit :

    Quand un professionnel de l’Internet parle, il faut l’écouter.

    Je suis arrivé à ce même constat. On ne peut pas supprimer totalement Internet pendant plusieurs heures si notre activité est lié à Internet. Surtout si vous avez un service après vente qui nécessite de répondre au mails.

    Bien sur, créer une procédure ou un FAQ pour générer une grande partie mais le reste doit être générer personnellement.

    Il faut juste s’organiser pour ne pas se perdre. j’ai longtemps souffert de ce problème et m’en suis sortir.

    Amicalement,
    Xavier

  7. Nathalie dit :

    Tout ça est très vrai. Risque de se perdre très facilement.
    C’est pour cela que je considère Internet comme un excellent outil d’auto-discipline.
    Chacun peut apprendre à l’utiliser en fonction des ses besoins et à des moments qui lui conviennent.

Laisser un commentaire

18 Partages
Tweetez9
Partagez9