Note : cet article est une traduction de l’article Tea Rituals for Focus, Health & Slowness de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Thé matchaEn écrivant ces mots, je suis assis avec un bol de matcha, le thé vert japonais en poudre utilisé dans les cérémonies traditionnelles, et je profite du calme des heures matinales.

Le thé est une forme de méditation pour moi, un moyen d’être présent et de m’entraîner à être attentif. C’est une façon de pratiquer la lenteur, de savourer la vie.

Et c’est un moyen de me concentrer. Je trouve que si j’ai des problèmes pour me concentrer sur une chose, faire une pause pour préparer un peu de thé est un excellent moyen de retrouver cette concentration. J’ai écrit mes meilleurs textes avec l’aide d’une tasse ou d’un bol de thé.

Je ne suis pas un expert en thé, donc ce guide ne sera pas un guide sur comment préparer le thé parfait ou comment choisir les meilleurs thés. En comparaison avec les experts en thé, je vais faire plein d’erreurs de débutant. Cela ne me gène pas, car mon but ici est simplement de partager quelques rituels que j’utilise pour me concentrer, pour aller plus lentement, et pour ma santé.

Ces trois rituels aident à se concentrer, à aller plus lentement et à prendre soin de sa santé. Je leur donne des noms différents simplement pour m’aider à montrer comment je les utilise, mais ils peuvent vraiment être utilisés de façon interchangeable.

Le rituel de concentration

Quand j’ai besoin d’accomplir mon travail le plus important, je vais souvent prendre quelques minutes pour préparer un peu de thé. C’est un petit rituel qui signale qu’il est temps de mettre fin à toutes les distractions (et oui, j’en ai beaucoup), et de tout laisser de côté sauf ce sur quoi je veux me concentrer.

Je fais chauffer un peu d’eau dans une bouilloire. Je me sers d’une bouilloire en métal et d’une électrique. L’électrique fait bien le boulot, même si c’est évidemment moins traditionnel. L’eau filtrée est meilleure, mais l’eau chez moi a un goût suffisamment pur pour que je ne m’en préoccupe pas vraiment.

Je prends du matcha avec une petite louche en bois, et le verse dans un bol à thé. J’utilise deux louches de matcha, aussi pleines que le peut la louche en bambou. J’utilise un bol à l’aspect rustique parce que j’aime la texture rugueuse dans mes mains quand je bois.

Je remplis le bol d’eau à moitié, et j’utilise un fouet en bambou, d’une façon loin d’être experte. Je fouette rapidement le thé et l’eau jusqu’à ce qu’il y ait une mousse vert clair sur le dessus.

Je rince la louche et le fouet, et je les range. Je savoure l’odeur du thé, la magnifique couleur et l’apparence de bouillon.

Je mets tout de côté sur mon ordinateur et mon bureau sauf ce dont j’ai besoin pour écrire, et mon bol de thé. Donc le navigateur est fermé, ainsi que toutes les applications à l’exception du traitement de texte, et tout le reste est éteint.

Je prends une gorgée de thé vert, et je profite de son épaisseur, de sa légère amertume (les gens accompagnent souvent cela de délicieux gâteaux japonais ou de crackers), et de son arrière-goût douceâtre et du léger grain que cela laisse sur ma langue.

Je m’assois, je respire, j’écris. Puis je bois une autre gorgée, et je recommence.

Le rituel de lenteur

La vie moderne a tendance à devenir surchargée, à passer d’un engagement à un autre, d’un mail au suivant, jusqu’à ce que nos journées en deviennent floues. Je trouve que le thé est parfait pour m’aider à ralentir, à revenir au rythme naturel de la vie.

Donc dans l’après-midi, quand les choses sont surchargées, je fais une pause. Je mets quelques feuilles de thé brut en vrac (un sencha ou un oolong) dans un petit pot à thé pendant que l’eau chauffe. Je prends un moment pour apprécier la vue de la consistance de ces feuilles, cueillies à la main par des fermiers dans de petites fermes au Japon ou à Taiwan, et je sens les feuilles pour évoquer leur parfum.

Je verse juste une tasse à thé d’eau dans le pot, et je fais attention à ma respiration pendant que le thé infuse une trentaine de secondes (j’aime le thé léger, pas amer). Cette concentration sur ma respiration est une courte méditation, comme tout le reste du rituel.

Je verse le thé légèrement infusé dans une petite tasse, à peu près aussi grosse que la moitié de mon poing. Je savoure la couleur, la texture, l’odeur, et j’essaye de voir quels arômes je peux détecter (je ne suis pas très bon pour ça).

Puis je prends une gorgée. La première gorgée est une révélation, le tourbillon du monde s’estompe alors que le thé délicat touche ma langue, la lave dans sa chaleur et ses arômes qui ont commencé leur voyage dans la terre, à des milliers de kilomètres dans un pays qui fait cela depuis un millénaire ou deux.

Le thé n’est pas surpuissant, mais subtil. C’est principalement de l’eau, avec seulement la légère essence des feuilles qui ont infusé dans le liquide, si ténu que je dois réellement faire attention pour simplement le noter.

Le moment flotte totalement dans ce murmure liquide, ralenti par l’hésitation de mon attention alors qu’elle cesse de virevolter et commence à profiter du calme.

Le rituel de santé

Ma vie est régie par quatre liquides : l’eau, le café, le vin, et le thé. Tous ont leurs bienfaits sur la santé, mais le thé s’élève raisonnablement au-dessus du reste.

Je bois de l’eau tout au long de la journée et de la nuit, et c’est un liquide vital qui court en moi. Le café est une expérience partagée avec ma femme Eva, et cela a toujours été le signal du début d’une bonne journée (tous les jours). Le vin est notre rituel de détente, et signifie que la journée a été bonne.

Le thé est un signal de lenteur et de concentration que j’utilise au milieu de la journée. C’est aussi un moyen pour moi de satisfaire les petits grondements d’estomac qui me poussaient généralement à manger des snacks malsains. J’utilise le thé pour satisfaire ma bouche, comme ça elle ne recherche pas de sucreries, de snacks salés, ou gras.

Alors entre le déjeuner et le dîner, je prends souvent du thé. Cela peut être un bol de matcha, ou un pot de feuilles de thé entières que je fais infuser plusieurs fois d’affilée en travaillant ou en me relaxant. C’est un snack sain qui rend ma journée meilleure.

 

Crédits photo : japolia 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Incantation pour concentration, rituel pour la concentration!!, thé vert concentration

Tags: , , , , , , ,

3 commentaires on Les rituels de thé : concentration, santé, et lenteur

  1. Alexandre dit :

    Appréciez le thé que l’on boit avec la sensation de sa qualité, c’est je pense suivre son rythme naturel, en faisant abstraction du reste des taches de la journée, en savourant le moment présent, complètement. ..

  2. Thibaud dit :

    Les meilleures feuilles de thé doivent être ridées comme les bottes de cuir des cavaliers tartares, craquelées comme la peau d’un buffle, elles doivent briller comme un lac agité par le souffle d’un zéphir. Elles doivent dégager un parfum semblable à celui de la brume qui s’élève au-dessus d’un ravin solitaire dans la montagne, et leur douce saveur doit évoquer la terre sous une fine pluie…
    Lu Yu, Livre sur le Thé, 8ème siècle

  3. Gaelle dit :

    Le thé oui, mais pas uniquement.
    Une bonne infusion avec des feuilles fraiches ou séchées est également un moment de pause irremplaçable.

    Un moment de voyage à travers les saveurs et les senteurs…

    Bonne journée à tous, mon eau va bouillir !

Laisser un commentaire

44 Partages
Partagez32
Tweetez12