« Nous n’arrêtons pas de jouer parce que nous vieillissons ; nous vieillissons parce que nous arrêtons de jouer. » – George Bernard Shaw

Travail et amusementNote : cet article est une traduction de l’article Work as Play de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Pour un trop grand nombre de personnes, le travail est une corvée.

Ils redoutent d’aller au travail chaque jour, ils procrastinent des tâches qu’ils n’auraient jamais fait en réalité, et ne sont généralement pas enthousiastes à travailler sur des tâches et des projets qui leur ont été assignés par quelqu’un d’autre.

Le problème est qu’ils trouvent le travail ennuyeux, difficile, répétitif, stressant. Ce qu’ils ont besoin de découvrir (ou de redécouvrir dans certains cas) est le fait de faire du travail un jeu.

C’est quelque chose qui a changé ma vie, et la vie de beaucoup d’autres comme moi.

Le travail n’a pas à être ennuyeux ─ ça peut être quelque chose de passionnant, que vous avez hâte de faire, un exutoire pour votre créativité et votre imagination. Ca peut être un jeu.

Un des problèmes est que pour beaucoup d’entre nous, l’école était destinée à nous préparer au monde du travail, et en tant que telle elle devait nous apprendre à travailler de façon ennuyeuse. C’est comme manger ses épinards (ce qu’en fait j’adore en tant qu’adulte) ─ vous le faites parce que c’est bon pour vous. Nous faisions nos devoirs, nos contrôles et nos exercices parce qu’ils étaient bons pour nous.

Eh bien, on nous a peut-être dressés à apprécier le côté amusant de l’apprentissage et de tout ça. Et en tant qu’adultes, on nous a dit que nous devions travailler dur pour avancer, que le travail n’était pas amusant mais que la vie c’est comme ça.

Connerie.

La vie est ce que vous en faites. Ca peut être une corvée, ou ça peut être un jeu. Ou quelque chose d’entièrement différent.

J’ai découvert le concept de travail-jeu principalement parce que je suis devenu mon propre patron, que je peux choisir ce sur quoi je veux travailler, et fixer mes propres horaires. Par conséquent, je travaille sur des choses qui me plaisent, qui me passionnent, et c’est amusant. Si il y a une corvée, soit je la supprime, soit je trouve un moyen d’en faire un jeu.

Au final, je travaille plus dur que jamais, mais c’est amusant et passionnant. Je m’immerge dans mon travail, et je suis impatient de le faire.

Transformer le travail en jeu ne signifie pas que vous ne travaillez pas dur, ou que vous ne faites jamais de tâches ennuyeuses. Si vous avez déjà pratiqué un sport, vous savez que vous devez travailler aussi dur que quiconque quand vous jouez ou que vous vous entraînez ─ mais ce n’est pas un problème, parce que vous vous éclatez en le faisant.

L’apprentissage fonctionne de la même façon ─ ça peut être ennuyeux et terriblement répétitif, ou ça peut être intéressant, plaisant, et occuper tout votre temps libre. Je sais que quand je suis absorbé dans l’apprentissage de quelque chose, je peux y passer des jours et apprendre une grande somme d’informations et de techniques, sans jamais trouver cela difficile ou ennuyeux. Cela n’arrivait quasiment jamais quand j’étais à l’école, parce que j’en faisais un travail, et que je ne contrôlais pas ce que j’apprenais.

Voici donc quelques éléments qui peuvent vous aider à transformer le travail en jeu :

  • La liberté. Si vous établissez votre propre emploi du temps et que vous pouvez apprendre ou travailler sur ce qui vous intéresse et passionne, ça peut être un jeu. Si quelqu’un d’autre vous dit quoi faire et quand, vous ne serez pas aussi enthousiaste, intéressé ou motivé.
  • Le plaisir. Là encore, suivez vos passions. Ne soyez pas restreint. Si quelque chose n’est pas intéressant, passez à quelque chose qui l’est. Ne forcez pas les choses.
  • Jouez avec les autres. Même si j’aime bien jouer tout seul, jouer avec les autres peut parfois être beaucoup plus amusant. Et oui, je sais qu’on peut prendre ça de façon triviale. Lisez cela comme ça vous chante.
  • Immergez-vous. Vous pouvez passer d’une chose à l’autre, et c’est bien, mais vous pourriez ne jamais rien accomplir de cette façon. Je trouve que quand je suis passionné et que je m’immerge vraiment dans un projet, je peux accomplir beaucoup de choses et y prendre beaucoup de plaisir.
  • Frimez. Une des raisons pour lesquelles les garçons aiment tellement le sport est parce qu’ils peuvent frimer devant les filles (et à un plus jeune âge, devant leur mère). Il n’y a rien de mal à ça ─ je pense que nous sommes programmés pour vouloir bien paraître face à nos pairs (ou au sexe opposé). Quand vous vous apprêtez à faire quelque chose de public, c’est amusant et passionnant.

Il y a d’autres éléments de jeu, mais ceux-ci sont suffisants pour commencer. Quelques idées supplémentaires :

  • Aux coachs. Est-ce que vous faites travailler les techniques à vos joueurs? Arrêtez ! Vous leur apprenez un jeu, donc dirigez-les en leur laissant jouer à des jeux. Laissez-les jouer, mais structurez le jeu de façon à ce que ça ne soit pas seulement amusant, mais instructif.
  • Aux enseignants et parents. Est-ce que vous inculquez les connaissances et les techniques à vos étudiants ou vos enfants ? Arrêtez ! Apprendre devrait être amusant, et ça l’est vraiment quand l’enfant a la droit de s’amuser, de jouer, d’explorer, de créer ce qu’il veut, d’apprendre sur ce qui l’intéresse sur le moment. N’en faites pas une corvée.
  • Aux patrons. Forcez-vous vos employés à faire un travail aux allures de corvée ? Est-ce que vous contrôlez tout ce qu’ils font et quand ils le font? Arrêtez ! Laissez-leur de la liberté ! Laissez-leur le contrôle de leur travail. Autorisez-les à faire les choses qui les intéressent. La règle des 20% de Google n’en est qu’un exemple. Quand les gens peuvent faire les choses qui les passionnent, quand ils peuvent transformer le travail en jeu, des choses incroyables arrivent.
  • Aux employés. Votre travail est une corvée ? Transformez-le en jeu ! Si vous êtes coincé dans un travail que vous ne pouvez absolument pas transformer en jeu, cherchez ailleurs. Il existe tellement d’autres choses.

Je ne peux que souligner l’importance du jeu dans le travail. Cela a transformé ma vie en une quelque chose de joyeux, ça m’a permis de créer et d’accomplir tellement plus qu’avant, et j’en adore chaque minute. Je ne vous souhaite rien de moins que ce bonheur simple.

« Travail et jeu sont des mots utilisés pour décrire la même chose dans des conditions différentes. » – Mark Twain

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

rien à faire au travail, jeux avoir le travail, le travail est une corvée, LIVRE LE JEU DU TRAVAIL, travail repetitif et plaisant

Tags: , , , , ,

8 commentaires on Faire du travail un jeu

  1. CLAVERIE dit :

    bonjour!j’adore tous les articles que je reçois,c’est tellement vrai!!!je suis contente car ils « me parlent beaucoup »,je me reconnais dans certaines attitudes!merci beaucoup !!au plaisir de vous relire! Nathalie Claverie

  2. Yves raben dit :

    Une fois que le travail devient un jeu, est-ce encore du travail?
    Une fois que le travail devient une passion, peut-on encore le considérer comme du travail? Bien sûr, dans tout travail, il y a une part de routine et certaines tâches plus ennuyantes que d’autres à accomplir, mais l’important est le regard que l’on porte à son travail, et si on le considère comme un jeu, c’est encore mieux !

  3. Philippe dit :

    Je partage totalement ton point de vue Olivier au point je ne me suis suis jm

  4. Philippe dit :

    jamais autant amusé et je pense que l’Open gouvernance du XXI siècle reposera sur des jeux et du pain
    @capucinenet1

  5. Vincent dit :

    Oui, ce serait l’ideal de pouvoir aborder le travail sous cet angle.

    Mais ce n’est pas tellement le travail, le problème. C’est surtout l’environnement dans lequel il s’exerce : micro management débilisant et démotivant, décisions absurdes et contraires au bon sens, …

    Difficile d’avoir une approche ludique. La plupart des gens laissent tomber, et finissent par avoir une relation purement « alimentaire » du travail : « je débranche mon cerveau, je fais mon taff, je touche ma paye ».

    Bonne ou mauvaise chose ? Aucune idée. L’avantage, c’est que ça permet de prendre beaucoup plus de recul et de moins contaminer la sphére privée. Et peut être effectivement d’arriver aux idées soulevées à la fin de l’article.

    En tout cas, rien n’empêche d’essayer 🙂

    Vincent

  6. Haissam dit :

    Faire son travail; et toutes autres taches; avec passion,ca va nous faire rendre le bonheur,la joie,et la satisfaction personnelle…
    C’est ca le jeu dela vie!

  7. Nadine dit :

    Je Veux l’essaiyer demain et on verra

  8. Brice dit :

    J’adore jouer, et encore plus avec les autres, c’est dans cet état d’esprit que j’écris les articles de mon blog et je communique avec les autres blogueurs de ma thématique.

    Merci pour ce rappel rafraîchissant !

Laisser un commentaire

127 Partages
Partagez105
Tweetez22