« Si vous voulez que les autres soient heureux, pratiquez la compassion. Si vous voulez être heureux, pratiquez la compassion. » – Dalaï Lama

Je crois que la compassion est une des rares choses que nous pouvons pratiquer et qui va nous donner un bonheur immédiat et à long-terme dans nos vies. Je ne parle pas des gratifications à court terme de plaisirs comme le sexe, les drogues ou le casino (bien que je ne cogne pas dessus), mais quelque chose qui vous apportera la vérité et le bonheur durable. Du genre qui tient.

La clé pour développer la compassion dans votre vie est d’en faire une pratique quotidienne.

Méditez dessus le matin (vous pouvez faire cela en vérifiant vos emails), pensez-y quand vous interagissez avec les autres, et réfléchissez-y la nuit. De cette manière, cela deviendra une part de votre vie. Ou comme le Dalai Lama le dit, « C’est ma simple religion. Il n’y a pas besoin de temples, pas de besoin d’une philosophie compliquée. Notre propre esprit, notre propre coeur est notre temple; la philosophie est la gentillesse. »

Définition

Utilisons la définition de Wikipédia de la Compassion :

La compassion est le sentiment par lequel on est porté à percevoir ou ressentir la souffrance des autres, et poussé à y remédier. Le mot compassion provient du latin cum patior, « je souffre avec ». Il s’agit donc d’un calque latin du grec sym patheia, sympathie, dont le sens avait dévié. D’où le besoin de ce mot, ainsi que de celui d’empathie. « Pitié » et « apitoiement » sont tous deux devenus péjoratifs, mais signifient originellement compassion, tout comme « miséricorde » et son synonyme « commisération ».

Bénéfices

Pourquoi développer la compassion dans votre vie ? Hé bien, des études scientifiques suggèrent qu’il y a des bénéfices physiques à pratiquer la compassion – les personnes qui la pratiquent produisent 100 pour cent en plus de DHEA, qui est l’hormone qui contrebalance le processus de vieillissement, et 23 pour cent en moins de cortisole – l’hormone du stress.

Mais il y a d’autres bénéfices également, et ils sont émotionnels et spirituels. Le bénéfice principal est que cela vous aide à être plus heureux, et rend les autres autour de vous plus heureux. Si nous sommes d’accord sur le fait que c’est un but commun à chacun d’entre nous d’être heureux, alors la compassion est un des outils principaux pour atteindre ce bonheur. Il est ainsi de la plus haute importance que nous cultivions la compassion dans nos vies et pratiquions la compassion chaque jour.

Comment faire cela ? Ce guide contient 7 pratiques différentes que vous pouvez essayer et peut-être incorporer dans votre vie de tous les jours.

7 pratiques de compassion

1 – Rituel du matin. Accueillez chaque matin avec un rituel. Essayez celui-ci, suggéré par le Dalai Lama : « Aujourd’hui je suis heureux de m’être réveillé, je suis en vie, j’ai une précieuse vie humaine, je ne vais pas la gaspiller. Je vais utiliser toutes mes énergies pour me développer, pour étendre mon coeur aux autres, pour atteindre l’illumination pour le bénéfices de tous les êtres, je vais avoir des pensées bienveillantes envers les autres, je ne vais pas me mettre en colère ou penser de manière malveillante à propos des autres, je vais bénéficier aux autres autant que je peux. » Ensuite, quand vous avez fait cela, essayez une des pratiques ci-dessous.

2 – Pratique de l’Empathie. La première étape pour cultiver la compassion est de développer l’empathie pour vos collègues êtres humains. Beaucoup d’entre nous croyons que nous avons de l’empathie, et à un certain niveau nous en avons tous. Mais souvent nous sommes centrés sur nous-même (je ne suis pas une exception) et nous laissons notre sens de l’empathie se rouiller. Essayez cette pratique : imaginez une personne aimée qui souffre. Quelque chose de terrible lui est arrivé. Maintenant essayez d’imaginer la douleur qu’elle subit. Imaginez cette souffrance avec le plus de détails possibles. Après avoir essayé cette pratique pendant quelques semaines, vous devriez essayer d’imaginer la souffrance de personnes que vous connaissez, et pas seulement  proches de vous.

3 – Pratique des points communs. Au lieu de reconnaître les différences entre vous et les autres, essayez de reconnaître ce que vous avez en commun. A la racine de tout, nous sommes tous des êtres humains. Nous avons besoin de nourriture, d’un abri et d’amour. Nous recherchons l’attention, et la reconnaissance, et l’affection, et par dessus de tout, le bonheur. Basez-vous sur ces points communs que vous partagez avec les autres êtres humains, et ignorez les différences. Un de mes exercices favoris provient d’un grand article du magazine Ode – c’est un exercice en cinq étapes pour essayer de rencontrer des amis et des étrangers. Faites-le discrètement et essayez toutes ces étapes avec la même personne. Avec votre attention concentrée sur cette personne, dites-vous à vous-même :

  1. Étape 1 : « Comme moi, cette personne recherche le bonheur dans sa vie. »
  2. Étape 2 : « Comme moi, cette personne essaie d’éviter la souffrance dans sa vie. »
  3. Étape 3 : « Comme moi, cette personne a connu la tristesse, la solitude et le désespoir. »
  4. Étape 4 : « Comme moi, cette personne cherche à combler ses besoins. »
  5. Étape 5 : « Comme moi, cette personne apprend à propos de la vie. »

4 – Pratique du soulagement de la douleur. Une fois que vous pouvez ressentir de l’empathie envers une personne, et comprendre son humanité et ses souffrances, l’étape suivante est de vouloir que la vie de cette personne soit libérée de cette souffrance. C’est le coeur de la compassion – en fait sa définition. Essayez cet exercice : imaginez la souffrance d’un être humain que vous avez récemment rencontré. Maintenant imaginez que vous êtes celui qui souffre. Appuyez-vous sur l’envie profonde que vous avez que cette souffrance se termine. Appuyez-vous sur le bonheur que vous éprouveriez si un autre être humain désirait que votre souffrance s’arrête, et agissait afin de le faire. Ouvrez votre coeur à cet être humain et si vous ressentez même un petit peu que vous avez envie que sa souffrance se termine, appuyez-vous sur ce sentiment. C’est le sentiment que vous voulez développer. Avec une pratique constante, ce sentiment peut-être développé et nourrit.

5 – Pratique des actes de bienveillance. Maintenant que vous êtes devenu bon à la 4ème pratique, allons une étape plus loin. Imaginez à nouveau la souffrance de quelqu’un que vous connaissez ou avez rencontré récemment. Imaginez encore que vous êtes cette personne, et que vous êtes sur le point de souffrir. Maintenant imaginez qu’un autre être humain voudrait que votre souffrance se termine – peut-être votre mère ou une autre personne qui vous aime. Qu’est-ce que vous aimeriez que cette personne fasse pour stopper vos souffrances ? Maintenant, renversez les rôles : vous êtes la personne qui désire que les souffrances de l’autre personne se termine. Imaginez que vous ayiez quelque chose pour l’aider à soulager cette souffrance, ou l’arrêter complètement. Une fois que vous êtes devenu bon à cela, pratiquez le fait de faire une petite chose tous les jours qui aide à arrêter la souffrance des autres, même d’une manière modeste. Même un sourire, un bon mot, ou faire une course ou le ménage, ou juste parler à propos d’un problème avec une autre personne. Pratiquez le fait de faire des actes bienveillants pour aider à soulager la souffrance des autres. Quand vous serez bon à cela, trouvez un moyen d’en faire une pratique quotidienne, et éventuellement une pratique tout au long de la journée.

6 – Pratique de ceux qui nous maltraite. Le stade final des pratiques de la compassion est de non seulement vouloir soulager les souffrances de ceux que nous aimons et rencontrons, mais même de ceux qui nous maltraitent. Quand nous rencontrons quelqu’un qui nous maltraite, au lieu d’agir dans la colère, battez en retraite. Plus tard, quand vous êtes plus calme et détaché, pensez à la personne qui vous a maltraitée. Essayez d’imaginer le contexte de cette personne. Essayez d’imaginer ce que cette personne a appris étant enfant. Essayez d’imaginer la journée ou la semaine que cette personne a traversé, et le genre de mauvaises choses qui lui sont arrivées. Essayez d’imaginer l’humeur et l’état d’esprit dans laquelle était cette personne – la souffrance que la personne devait ressentir en vous maltraitant de cette manière. Et comprenez que ces actions n’étaient pas à propos de vous, mais à propos de que cette personne traversait. Maintenant pensez un peu plus à la souffrance de cette pauvre personne, et voyez si vous imaginer d’essayer de stopper la souffrance de cette personne. Et ensuite appuyez-vous sur le fait que si vous avez maltraité quelqu’un, et qu’il a agit avec de la bienveillance et de la compassion envers vous, cela vous rendra moins susceptible de maltraiter cette personne la prochaine fois, et plus susceptible d’être bienveillant envers cette personne. Une fois que vous avez maîtrisé cette pratique de reflet, essayez d’agir avec compassion et compréhension la prochaine qu’une personne vous fait souffrir. Faites le par petite dose, jusqu’à ce que vous soyiez bon à cela. La pratique fait la perfection.

7 – Routine du soir. Je recommande fortement que vous preniez quelque minutes avant que vous n’alliez au lit pour réfléchir à votre journée. Pensez aux personnes que vous avez rencontré et à qui vous avez parlé, et comment vous les avez traité. Pensez à l’objectif que vous vous êtes donné ce matin, d’agir avec compassion envers les autres. L’avez-vous bien fait ? Qu’auriez-pu vous faire de mieux ? Qu’avez-vous appris de vos expériences aujourd’hui ? Et si vous avez du temps, essayez une des pratiques ci-dessus.

Ces exercices de compassion peuvent être faits n’importe où, à n’importe quel moment. Au travail, à la maison, sur la route, en voyageant, dans un magasin, chez vous ou chez un ami ou un membre de votre famille. En mettant en sandwich votre journée entre un rituel du matin et un rituel du soir, vous pouvez encadrer votre journée de la bonne manière, dans une atttude où vous essayez de pratiquer la compassion et la développez en vous-même. Et avec de la pratique, vous pourrez commencer à la faire tout au long de la journée, et tout au long de votre vie.

Ceci, plus que tout, apportera de la joie dans votre vie et celles de ceux qui sont autour de vous.

Avez-vous une expérience dans la pratique de la compassion ? Partagez vos pensée et idées dans les commentaires.

« Mon message est la pratique de la compassion, de l’amour et de la bienveillance. Ces choses sont très utiles dans notre vie de tous les jours, et aussi pour la société humaine entière. » – Dalaï Lama

Article original par Léo Babauta sur Zen Habits.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

la compassion, la compassion définition, cultiver la compassion, auto compassion, developper la compassion, définition de la compassion, éditez votre vie, dalai lama compassion

Tags: , , , ,

10 commentaires on Un Guide Pour Cultiver la Compassion dans Votre Vie, avec 7 Pratiques

  1. Isandre dit :

    Au cas où cela puisse servir à quelqu’un d’autre, lorsque je suis énervée contre une personne, une chose qui change entièrement mon attitude à son égard, c’est de la bénir en pensées.
    C’est quelque chose que vous pouvez faire aussi pour les personnes que vous rencontrez dans les transports en commun ou sur la route…
    Parfois lorsque j’ai l’impression d’avoir été un peu seule, le soir, je bénis en pensées toutes les personnes que j’ai rencontrées dans ma journée et je me rends compte alors de toutes les attentions que ces personnes ont eu pour moi, alors qu’elles seraient malheureusement vite oublié derrière une seule parole mal intentionnée.

  2. Valvador dit :

    A ce propos, pour les anglophones, une jolie allocution de Matthieu Ricard à ce propos – remercions son accent !

    http://www.ted.com/index.php/t.....iness.html

    Merci pour ce blog.

  3. Mel-ShiNa dit :

    Bonjour,

    J’aimerais tout d’abord remercier pour cet article. Je viens de commencer à pratiquer la compassion. Etant une personne plutôt égoïste, je pense que cela va beaucoup m’aider à rendre heureux
    les autres particulièrement l’homme de ma vie.

    Je conseille cette pratique à tout le monde. Si nous respections tous cette philosophie, le monde irait bien mieux sous tous les points ^^.

  4. didil dit :

    je suis tout a fait d’accord.La compassion ya que ca de bon !

  5. Yaci dit :

    Je vous remercie pour votre gentilesse de partager cela avet tout le monde et votre compassion, parce que nous avons tous besoin de vivre dans le bonheur.
    Je suis chrétienne et je resens vivement l’importance de la compassion dans la vie de tous les jours.
    Je tiens a vous exprimer mes gratitudes pour le fait d’avoir expliquer les bonnes pratiques qui peuvent nous apporter une paix intérieure vis a vis des autres et vis a vis de nous memes!

  6. Charles dit :

    Toutes ces pratiques (sauf peut-être le premier et le dernier qui n’ont rien à voir avec le sujet à mon avis) reposent sur un seul et même concept : La compréhension.

    Je suis déçu de voir que ce concept n’apparaît qu’une seule fois dans l’article, comme s’il était caché derrière une « recette des 7 pratiques ».

  7. Jenny dit :

    A Charles : les prières, les rituels ont au contraire leur place (et pas n’importe laquelle: la première et la dernière) dans le développement de la compassion. Les athées peuvent s’y adonner sans crainte de « tomber en religion ». Il s’agit d’aide-mémos, de rappels clairement formulés des objectifs que nous nous fixons. C’est, pour mieux l’ancrer en nous, l’expression réitérée d’un souhait sincère, celui de mieux comprendre et sentir le vécu d’autrui. Pour que le bonheur des uns fasse aussi le bonheur des autres. La compréhension, c’est bien cela en effet, mais celle du coeur et non pas celle de l’intellect, car pour comprendre un axiome, point besoin de compassion ! 😉

  8. Eric dit :

    Merci pour cet excellent article sur la compassion. Je suis un débutant. « prier pour le soulagement de la souffrance de ceux qui souffrent. » que les humains ne souffrent plus. Que les êtres sensibles ne souffrent plus, m’a dit un ami bouddhiste qui s’appelle Pascal. Que nous vivions tous dans la paix et le bien-être et le bonheur.

  9. Aifos dit :

    Merci pour le partage de cet article sur l’art de la compassion. J’essaie déjà de mettre en pratique certains de ces conseils au jour le jour, ce n’est pas toujours facile, mais ça soulage et ça libère de conflits inutiles.

  10. jyjy dit :

    Bonsoir,
    Je ne sais pas vraiment si c’est ça la compassion mais je pratique un petit exercice qui m’éveille aux autres : quant je suis en présence d’une personne j’essaye de m’imaginer qu’elle reçoit autant d’amour que j’ai reçu par le passé, en souhaitant qu’elle en reçoive toujours. Ça ressemble un peut à une prière peut être… En tout cas j’ai l’impression ça me rend plus proche des autres 🙂
    Merci pour votre article !

Laisser un commentaire

193 Partages
Partagez180
Tweetez13