Olivier Roland le 23 janvier 2017

PAR LEO BABAUTA

J’étais dans un avion descendant pour une escale rapide à Portland, et je contemplais un lever de soleil rose et lumineux au-dessus des montagnes bleues et violettes, lorsque mon cœur se serra.

Instinctivement, je regarde Eva pour partager avec elle ce moment captivant, mais elle dormait. Je me sentais seul, ne pouvant pas partager ce moment ni avec elle, ni avec quelqu’un d’autre. La beauté du paysage m’échappait.

C’était un moment d’apprentissage pour moi : je sentais en quelque sorte que ce moment n’était pas suffisant, puisque je ne pouvais le partager. Il m’a fallu une seconde pour me rappeler : ce moment suffit.

Il est suffisant, sans avoir besoin de le partager, ni de le photographier, ni de l’améliorer ou de le commenter. Il est suffisant et impressionnant comme il est.

Je ne suis pas le seul à éprouver ce sentiment : le moment doit être capturé en photo pour être complet, ou partagé sur les médias sociaux. C’est le but même d’Instagram, par exemple.

Nous estimons que le moment n’est pas suffisant à moins que nous en parlions, que nous le partagions, que nous le concrétisons en quelque sorte. Le moment est éphémère, alors que nous voulons le concret et la permanence. Ce genre d’absence de fondement pourrait nous effrayer.

Ce sentiment de non-suffisance est assez répandu dans nos vies :

  • Nous nous asseyons pour manger et nous ressentons le besoin de lire un truc en ligne, de consulter nos messages ou de faire un quelconque travail. Comme si manger uniquement n’était pas suffisant.
  • Nous sommes agacés lorsque les gens ne se comportent pas comme ne le souhaitons — ce qu’ils ressentent n’est pas suffisant.
  • Nous nous sentons perdus et désorientés, comme si la vie que nous menons n’est pas suffisante.
  • Nous tergiversons en sachant que nous devons s’asseoir pour faire un travail important, nous cherchons à l’éviter, comme si le travail n’était pas suffisant pour nous.
  • Nous avons toujours l’impression qu’il y a toujours autre chose à faire, au lieu de s’asseoir tranquillement.
  • Nous pleurons la perte de personnes, le passé, les traditions … parce que le présent nous semble insuffisant.
  • Nous réfléchissons constamment à ce qui nous attend, comme si ce n’était pas suffisant de se focaliser sur le présent.
  • Nous cherchons constamment à nous améliorer, ou à améliorer les autres, comme si nous nous ne sommes pas tous suffisants comme nous sommes.
  • Nous rejetons les situations, les personnes, nous nous rejetons, parce que nous ressentons que nous ne sommes pas suffisants.

Et si nous acceptions le moment présent, si nous nous acceptions, si nous acceptions tout, comme étant exactement suffisant ?

Et si nous nous satisfaisons de ce que nous possédons ?

Et si nous acceptions que ce moment nous échappe après être vécu, et de considérer le temps court comme étant un moment suffisant, sans avoir besoin de le partager ou de le photographier ?

Et si nous acceptions les choses, au lieu de les rejeter ?

Et si nous acceptions le bon ainsi que le « mauvais », les échecs et les efforts, l’agaçant et le beau, la peur et l’opportunité, comme une formule forfaitaire que nous offre ce moment?

Et si nous nous arrêtions maintenant pour parcourir ce qui nous entoure en ce moment présent (y compris nous-mêmes), et tout apprécier comme il est, comme étant parfaitement suffisant ?

Cet article invité a été écrit par Nicolas du blog http://efficacite-familiale.fr/

Objectifs de vie ?! Mais Niko, tout le monde a des objectifs du genre « être heureux », « rencontrer le grand Amour », « avoir la santé » ! En plus ce sont à peu près les mêmes pour tout le monde, alors à quoi ça sert !?

Les objectifs de vie – que les Anglo-saxons traduisent plutôt en « Plan de vie » (« Life Plan« ) – sont une description détaillée de vos décisions, espoirs et rêves pour votre futur. Le premier réflexe face à cette définition est effectivement de se dire que c’est un exercice aussi facile qu’inutile mais il n’en est rien.

Les objectifs de vie correspondent en effet à des aspirations précises liées à votre nature profonde et qui demandent une profonde introspection pour être précisées. Il est par exemple facile de se dire qu’on recherche le grand Amour mais en y réfléchissant, demander « le grand Amour », c’est comme vouloir « devenir riche » : c’est vague et c’est plus un moyen qu’un but.

Qu’elle est vraiment votre finalité ? Que cherchez-vous vraiment à construire au travers de ce grand Amour ? Un besoin profond de sécurité avec une jolie maison confortable, un potager et plein d’enfants ? Ou plutôt un besoin de partir à l’aventure en vous associant à un partenaire de confiance pour partager une vie excitante ? Cet objectif est-il sincère ou résulte-t-il de la pression sociale que vous subissez ? Êtes-vous en mesure d’assumer ce grand Amour, de lui être fidèle et d’endosser son bagage de problèmes familiaux ?

trouver le grand amour

Demander le grand Amour, le bonheur, la richesse ou la santé éternelle en tant qu’objectif de vie n’est pas suffisant, c’est quelque chose qu’il faut préciser comme faire une mise au point avec un appareil photo ce qui demande beaucoup plus d’effort que l’on croit. J’y reviendrai.

Dans un superbe article intitulé « Comment commander« , Steve Pavlina – un des grands noms du développement personnel aux US – file la métaphore d’un homme qui rentre dans un restaurant appelé « Restaurant Universel » avec un immense choix de plats délicieux et qui s’adresse au serveur en lui demandant « je veux manger ». Le serveur insiste pour qu’il précise son choix mais l’homme se contente de lui préciser « je veux manger un bon plat« . Le serveur est un brave homme serviable en diable mais il manque d’élément pour servir ce client qui finira par obtenir un plat par défaut qui ne le satisfera pas et pour lequel il blâmera le pauvre serveur.

OK Niko pour la métaphore mais tu es ingénieur donc tu comprends ma question : à quoi ça me sert concrètement de définir des objectifs de vie ?

Continuez la lecture

Tags: , , , , , , ,

Cet article invité a été écrit par Sylvain Cesbron du blog courir comme un pro.

Lorsque l’on parle de pratiques et d’habitudes qui nous rendent plus zen et plus heureux, on ne pense pas spontanément au sport. Et pourtant ! Les vertus liées à l’activité physique, et principalement aux activités d’endurance telle que le Running, sont encore grandement méconnues.

Si les effets à court terme sur le mental sont bien connus, nous allons voir que courir a aussi des effets à moyen et long terme qui sont encore plus puissants.

Dans mon coaching, je m’attache à prendre en compte l’individu dans son intégralité afin de l’aider à atteindre ses objectifs sportifs. Et en cela, ces « effets secondaires » de l’entraînement sont des leviers déterminants pour conserver une bonne motivation et une continuité dans l’investissement personnel au fil des mois ou des années.

courir rend heureux

Les endorphines : les hormones du bonheur !

Continuez la lecture

Tags: , , , , , ,

Note : cet article invité a été rédigé par Séverine du blog  Je suis 1 As.

Etre parent d’un enfant différent et profiter d’une vie sereine semblent difficilement conciliables.  Avoir un enfant singulier exige beaucoup d’aménagements comme :

  • Repenser sa maison différemment,
  • Préparer du matériel spécifique pour chaque lieu de vie,
  • Courir entre ses multiples prises en charge extérieures toutes les semaines,
  • Effectuer ensemble les devoirs qui ne peuvent souvent être faits ni en autonomie ni à l’étude,
  • S’apercevoir que ces mêmes devoirs ne sont régulièrement pas notés dans l’agenda ou que les cahiers ne sont pas dans le cartable et donc multiplier les coups de fil pour pouvoir débuter les exercices,
  • Se rendre aux entretiens scolaires,
  • En profiter pour partir dans les couloirs à la recherche des blousons perdus,
  • Monter presque tous les ans des dossiers interminables pour tenter d’obtenir les aides auxquelles son enfant peut prétendre,
  • Affronter ses troubles du comportement, de jour comme de nuit,
  • Anticiper chaque sortie,
  • Subir l’incompréhension, le rejet et parfois l’exclusion,
  • Epauler son enfant et quelquefois -paradoxalement- ses proches,
  • Et, quitte à ne pas dormir, passer ses nuits dans les livres ou sur la toile à chercher de l’information et des astuces pour comprendre et aider de son mieux son rejeton.

Tout en continuant évidemment à exécuter l’intendance quotidienne de Monsieur et Madame Tout-le-monde. Bref, se transformer en véritable conquérant de l’impossible.

vivre avec un enfant différent

Seulement voilà, à ce rythme-là, difficile de garder l’esprit apaisé et le corps reposé. Je vous propose donc aujourd’hui dix astuces pour rester zen malgré un inévitable cahier des charges conséquent comme notre vieille collection de Tout l’univers mais sans les mignons dauphins ni les jolis navires à voiles.

1 – S’exercer à comprendre les attitudes de votre enfant qui ne vous plaisent pas mais qui font partie de son fonctionnement.

Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , ,

Cet article invité a été écrit par Sylvain du blog CuisineAToutFaire.fr

jus de légumes habitudes alimentaires

Les fruits et légumes occupent depuis toujours une place importante dans la vie de l’homme. En effet, ces aliments étaient parmi les premiers qui ont servi à l’homme en matière d’alimentation. Ils contiennent de nombreux nutriments et apportent bien plus d’énergie que la viande ou tout autre type d’aliment en termes d’oligo-éléments.

Des enquêtes (telles que celle de l’émission « allo docteurs« ) ont montré que les aliments tels que les fruits et légumes apportent les nutriments nécessaires à l’organisme et qu’il est possible de vivre uniquement en consommant ces aliments et cela sans carence liées1.

Qui plus est, se nourrir uniquement de fruits et de légumes permet de garder une meilleure forme par rapport à une alimentation plus « classique ». Certains des aliments que nous consommons habituellement contiennent des substances qui représentent un certain danger pour la santé tels que le gluten ou les acides gras.

Les effets ne se voient pas généralement immédiatement, mais sur le long terme. De plus en plus de personnes ont compris les effets néfastes de ces aliments et passent petit à petit à un régime purement végétal. Mais il n’est pas vraiment facile de passer directement d’une alimentation normale à un régime purement végétal. Le mieux est de commencer avec des jus de fruits ou de légumes ou d’utiliser ces derniers comme compléments alimentaires pour améliorer sa santé.

Pourquoi doit-on en consommer régulièrement et comment faire pour tirer profit des nutriments présents dans ces derniers ?

Continuez la lecture

Tags: , , , , ,

Cet article invité a été écrit par Coralie Thomas du blog tupeuxlefaire.com

confiance en soi

Nous connaissons tous, à un moment ou à un autre de notre vie, des difficultés à réussir ce qui nous tient à cœur. Les obstacles sont là pour nous indiquer ce que nous devons changer au niveau de notre état d’esprit et de nos comportements.

L’échec est le révélateur d’une pensée incompatible avec notre souhait – dont nous n’avons pas conscience -. Alors, comment la découvrir pour la maîtriser ? Voyons tout d’abord le processus de matérialisation de nos pensées.

Comment se fabrique une réussite ou un échec ?

Continuez la lecture

Tags: , , , , , ,

Cet article a été écrit par Jocelyn du blog S’adopter Soi.

libérer nos émotions

J’ai pour habitude d’écrire des articles spécialement dédiés aux adoptés. Or, la quête du Soi est quelque chose de partagée par l’ensemble des individus (même si elle l’est encore plus pour ceux qui n’ont pas connu leurs parents biologiques). Aujourd’hui, j’écris un article sur les 3 raisons essentielles de libérer nos émotions et comment le faire.

Un adopté renferme beaucoup de choses vis à vis de sa blessure primitive, même des années après son traumatisme. Cet article s’adresse également à ceux qui ont simplement du mal à libérer leurs sentiments.

Les 3 raisons :

Continuez la lecture

Tags: , , , , , ,

Note : cet article invité a été écrit par Anne-Claire Froger, Psychologue clinicienne et Coach, auteur du blog Objectif Nouvelle Vie.

“L’émotion est le moteur du changement, et la joie son essence.”

Olivier Lockert

changer de vieEn 2009, 79% des Français déclaraient dans l’enquête d’Opinionway avoir envie de changer de vie, parfois ou très souvent.

En 2015, la même enquête indiquait que 70% des Français répondaient encore oui à cette même question.

Faites-vous vous aussi partie de ces 7 Français sur 10 qui ressentent ce besoin de changement ?

Passons à la loupe nos besoins de changement et nos rêves secrètement entretenus…

On n’a qu’une vie

Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Cet article invité a été écrit par Pierre Guernier du blog Mon Grand-Est.
Ah le voyage, les vacances ! Dès qu’on y pense, on se dit que tout ira bien. Alors pourquoi penser aux imprévus ? Pourquoi se prendre la tête à tout organiser avant de partir ? Les vacances, c’est justement fait pour se reposer, pour en faire le moins possible… mais faut-il pour autant partir en vacances en laissant sa tête à la maison ?

voyager zen vacances

Laissez-moi tout d’abord vous présenter Arnaud et Lily, son épouse, de Chatou en région parisienne. Depuis plusieurs années, ils ont pris l’habitude de voyager sur les routes de France pendant le mois d’octobre. Les années précédentes, ils ont sillonné la plupart des régions françaises : la Côte d’Azur, la vallée de la Dordogne, le Cotentin, les montagnes de Savoie… Cette année, le couple a choisi de se rendre en Alsace. Depuis longtemps, ils rêvaient de découvrir Colmar et le charme des villages de la route des Vins…

Aujourd’hui, c’est le jour du grand départ. Les valises sont prêtes, bien rangées dans le coffre et la clé sur le contact. Le soleil d’automne brille haut dans le ciel et le voyage s’annonce plaisant, très plaisant même… mais ont-ils tout prévu ?

Grâce à Arnaud et Lily, je vous invite à découvrir les cinq astuces qui vous aideront à voyager zen et à bien profiter de vos vacances.

1. Anticipez !

Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Note : cet article a été pensé et rédigé par Valentin Bocquet du blog http://des-livres-pour-philosopher.fr

L’idée de cet article m’est venue récemment lors d’un déjeuner avec un ami. On parlait de littérature et j’ai remarqué qu’il ne me parlait que de livres de fiction. C’est à ce moment-là que j’ai pensé à cet article car je rencontre beaucoup de personnes qui, comme mon ami, ne connaissent pas ou ne s’intéressent pas aux livres de non fiction. De facto, c’est se priver d’une très grosse partie de la littérature.

livres de non fiction

Raison 1 : Il n’y a pas que la fiction

Continuez la lecture

Tags: , , , , , ,