Olivier Roland le 24 octobre 2014

Note : cet article est une traduction de l’article Zen Productivity de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Problème de productivitéCe matin j’avais une tonne de travail à faire, et j’ai senti l’anxiété monter, au moment où je me suis réveillé et où j’ai commencé à penser à tout ce travail.

Au lieu de passer à l’action, j’ai regardé mon anxiété. C’est une sensation intéressante de panique naissante, de shoot d’adrénaline venant de ma poitrine. Mon esprit tournait à plein régime, mon cœur battait fort.

Cela m’arrive de temps en temps – j’ai l’impression d’avoir trop de choses à faire, et je commence à m’inquiéter. J’ai appris à faire avec, de sorte que même si cela survient encore, j’ai maintenant confiance dans le fait que tout ira bien. Et cela, à son tour, l’aide à rapidement disparaître.

Alors que faites-vous quand vous êtes surchargé et que vous avez des tonnes de travail à faire ?

Voici quelques trucs qui fonctionnent bien pour moi. Je vous les offre dans l’espoir qu’ils vous aideront. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article When You’re Feeling Self-Doubt & a Lack of Motivation de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

ApitoiementCe matin, je ne me sentais pas l’envie de faire quoi que ce soit. C’est une combinaison de grande fatigue suite à plusieurs jours de dur labeur, et d’un manque de sommeil la nuit dernière.

Je n’arrivais pas à me motiver à faire quoi que ce soit d’important ce matin, ce qui est rare pour moi. Et je me sentais globalement mal. J’ai commencé à douter de moi, et je me demandais si quoi que ce soit que je faisais en valait la peine.

Je me suis assis ici avec la trouille et je me suis demandé comment m’en sortir. Est-ce que je devrais simplement oublier cette journée ? Est-ce que je devrais simplement abandonner ce que je fais, parce que je ne suis pas aussi bon que je pensais l’être ?

C’était réellement ce que je me demandais. Mais je savais que cette douce dépression était temporaire, donc j’ai réfléchi à des solutions possibles. Et puis certaines d’entre elles ont fonctionné – de petites astuces de l’esprit qui peuvent avoir un effet réel sur la réalité.

Voici ce que j’ai fait et qui a fonctionné, dans l’espoir que cela pourrait vous aider si ces sentiments pointent le bout de leur nez. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article The Child That Holds Us Back de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

L'enfant en nousCela m’a pris beaucoup de temps de découvrir pourquoi moi, et tant d’autres, avons des difficultés pour changer nos habitudes et faire des changements qui durent dans nos vies.

Tout cela se ramène à un petit enfant. Et cet enfant vit en chacun de nous. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Ressources :

Les études scientifiques :

– « Self-awareness and transgression in children: two field studies » (en lisant l’abstract on se rend compte que j’ai fait une erreur dans la vidéo : les chercheurs ont dit aux enfants de ne prendre qu’un seul bonbon, mais de ne pas en prendre du tout. Ma mémoire me joue des tours ;) )

– « A Theory of Objective Self-Awareness »

– « Attention and self-regulation: a control-theory approach to human behavior »

Cliquez ici sur le bouton « Youtube » rouge ci-dessous pour vous abonner à la chaîne et être prévenu gratuitement quand une vidéo géniale est publiée :) :

Tags: , , , , , , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article Stateless Mindset de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Page blancheEn programmation, il existe le concept d’apatridie. Cela signifie que chaque requête est traitée en partant de zéro, sans souvenir des requêtes précédentes.

C’est extrêmement limitatif de certaines façons, mais d’un autre côté c’est un super moyen de gérer une tonne de requêtes.

Imaginez si vous, en tant que personne, gériez des millions de requêtes par jour de la part de centaines de clients : si deviez garder une trace de tous ces clients et des multiples requêtes qu’ils faisaient, cela vous rendrait dingue. Le fardeau des souvenirs vous écraserait. Continuez la lecture

Tags: , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article My Month of (Almost) No Internet de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

GlucidesJ’ai commencé l’année avec le mois le plus difficile jusqu’à présent de mon Année à Vivre Sans : pas d’internet de toute la journée.

Ok, reformulons ça – je ne vais pas utiliser internet de toute la journée, sauf pour poster les trucs de mes blogs/sites ou pour la programmation. Et pendant une heure chaque jour à 17 heures.

Cela signifie que du matin à 17 heures, je ne peux pas regarder mes mails, lire des trucs en ligne, faire des trucs administratifs pour mon entreprise en ligne, aller sur mon compte bancaire en ligne, faire des recherches.

Pour être clair, voici les seules exceptions : Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , ,

Olivier Roland le 13 octobre 2014

Note : cet article est une traduction de l’article 12 Changes for 2014 de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Résolutions nouvel anQu’allez-vous faire de cette page blanche qu’est 2015 ?

Que pouvez-vous créer ? Quels changements pouvez-vous faire durer ?

Ce sont des questions à nous poser dès maintenant. Imaginez-vous dans un an, l’année 2015 finie – quelles nouvelles habitudes aurez-vous alors ?

Vous pouvez généralement utiliser l’approche habituelle et prendre quelques résolutions du Nouvel An, et échouer dans la plupart d’entre elles. Ou vous pouvez vous concentrer sur une habitude par mois, et utiliser des techniques éprouvées pour les faire durer.

À la fin de l’année, vous aurez 12 nouvelles habitudes. Même si seulement la moitié de ces habitudes arrive à tenir, votre vie en serait grandement changée.

Puis-je faire quelques suggestions ? Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Mine d'orNote : Cet article invité a été rédigé par Chantou du blog ménopause-zen.

Bonjour, je suis Chantou du blog ménopause zen. Un blog qui parle de ménopause et de transitions du milieu de vie au féminin. Un blog pour les femmes de la quarantaine, de la cinquantaine ? Pas uniquement, certains articles s’adressent aussi aux hommes !

Je remercie Olivier de m’offrir cette tribune pour partager avec vous un sujet particulièrement sensible pour les hommes et les femmes : la transition du milieu de vie.

Que l’on soit un homme ou une femme, entre 35 et 50 ans un processus particulier se met en œuvre dans le corps et dans la tête des individus que nous sommes : il s’agit de la « crise du milieu de vie » populairement appelée « crise de la quarantaine ». En réalité, ce processus n’est pas vraiment une crise, mais une transition.

L’éminent psychologue suisse Carl G. Jung situe la transition du milieu de vie entre 35 et 50 ans. D’autres psychologues tout aussi renommés comme Daniel J. Levinson, la situent entre 40 et 65 ans. Avouez qu’il y a une grande amplitude entre ces nombres ! Cependant, il y a une chose à retenir : entre 35 et 65 ans, quelque chose de fondamental se joue dans votre vie.

Si, à en croire ces spécialistes, tout individu tôt ou tard passe par cette phase transitoire durant laquelle émerge un besoin profond et irrésistible de changement, comment, dès lors, transformer cette transition en opportunité, mieux, en mine d’or et non en un tsunami ravageur ?

Avant tout : assurons-nous de parler le même langage pour avoir un référentiel commun et précisons simplement ce qu’on appelle « transition du milieu de vie et crise du milieu de vie ».

 

Transition du milieu de vie versus crise du milieu de vie : une opportunité de croissance personnelle pour vous

Continuez la lecture

Tags: , , , , ,

Olivier Roland le 10 octobre 2014

Note : cet article est une traduction de l’article The Fear of Being Alone de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

« Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, seul dans une chambre. » – Blaise Pascal

Chemin de solitudeUn nombre surprenant de gens a peur d’être seul. Peut-être même que nous en avons tous peur dans une certaine mesure.

Nous avons peur de nous retrouver sans partenaire, sans amis ou sans famille. Nous avons peur de voyager seul dans des lieux étrangers, perdu sans personne à qui demander de l’aide. Nous avons peur de nous lancer dans la vie sans aide, de peur d’échouer.

C’est naturel, cette peur d’être seul. Nous l’avons tous ressenti, au fond de nous, malgré que nous essayons désespérément d’éviter cette peur.

Et c’est la cause de notre misère : pour éviter cette peur d’être seul, nous allons socialiser sans fin, y compris sur les réseaux sociaux et par mail. Pour éviter d’être seul, nous finissons avec quelqu’un qui n’est pas vraiment bon pour nous, juste pour avoir quelqu’un à qui nous accrocher, quelqu’un à qui nous fier. Nous allons tous mal manger ou faire du shopping pour nous réconforter, parce que ces choses viennent en remplacement de l’amour.

Mais voilà le secret : être seul est source de pouvoir. Le calme de la solitude est une joie. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , ,

Olivier Roland le 8 octobre 2014

Note : cet article est une traduction de l’article The Calm Approach de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Calme et paixHier j’ai emprunté un van auprès de mon service de partage auto pour emmener ma famille chez un ami. J’ai descendu une rue bondée avec un sourire sur le visage, et un sentiment de paix dans le corps.

Pourtant, ce n’est pas quelque chose de normal pour moi. Toute ma vie, conduire a été quelque chose de stressant, qui me rendait tendu et anxieux par rapport aux gens autour de moi qui conduisaient mal, étaient sans gêne, trop agressifs, ou conduisaient trop lentement sur la voie rapide.

C’est frustrant et cela peut mettre en colère.

Mais en conduisant hier, j’ai eu une approche différente. J’ai eu une approche plus détendue, et je n’ai plus eu la sensation de devoir me précipiter où que ce soit. J’ai laissé les gens conduire comme ils voulaient conduire, et j’ai simplement suivi le trafic.

Cela peut être une approche pour la vie dans son ensemble. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Mentions légales de la newsletter : L'abonnement permet de recevoir des informations relatives au développement personnel, à l’entreprenariat, et à l’efficacité professionnelle, et des offres commerciales de produits ou de services (la société/ses partenaires). Vous devez indiquer prénom et votre adresse email pour pouvoir vous inscrire (oui c'est une obligation légale d'écrire cela !). Pas d'email, ni de prénom : pas de newsletter, ni de vidéo… (je suis légalement obligé de vous écrire ça...) Le destinataire de cette liste est la société Les Editions Roland. Vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de modification, d’opposition et de rectification sur les données personnelles qui vous concernent en écrivant aux Editions Roland, 70/22 rue Léon Blum 59000 Lille France, Siren : 52090872400013, numéro de TVA intracommunautaire : FR21520908724, en joignant à votre demande une copie de votre pièce d’identité. Ce traitement est opéré techniquement par une société basée aux Etats-Unis, la société AWeber Communications, qui est certifiée "Safe Harbor". Cette société s'occupe de la partie technique de l'envoi des emails et héberge vos données (prénom, email, adresse ip, etc.).
Affiliation : vous devriez supposer que la société Les Editions Roland a une relation d'affilié avec les fournisseurs de biens et de services mentionnés dans ce blog et peut recevoir une compensation quand vous achetez un bien ou un service à ce fournisseur. Cela n'augmente pas votre prix d'achat du produit ou service et aide Olivier Roland et sa société à vous offrir tout ce contenu gratuit sur ce blog. Merci si vous le faites ! :) (voir la version longue de ces mentions dans la page des mentions légales complètes).