Ressources :

Les études scientifiques :

– « Self-awareness and transgression in children: two field studies » (en lisant l’abstract on se rend compte que j’ai fait une erreur dans la vidéo : les chercheurs ont dit aux enfants de ne prendre qu’un seul bonbon, mais de ne pas en prendre du tout. Ma mémoire me joue des tours ;) )

– « A Theory of Objective Self-Awareness »

– « Attention and self-regulation: a control-theory approach to human behavior »

Cliquez ici sur le bouton « Youtube » rouge ci-dessous pour vous abonner à la chaîne et être prévenu gratuitement quand une vidéo géniale est publiée :) :

Tags: , , , , , , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article Stateless Mindset de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Page blancheEn programmation, il existe le concept d’apatridie. Cela signifie que chaque requête est traitée en partant de zéro, sans souvenir des requêtes précédentes.

C’est extrêmement limitatif de certaines façons, mais d’un autre côté c’est un super moyen de gérer une tonne de requêtes.

Imaginez si vous, en tant que personne, gériez des millions de requêtes par jour de la part de centaines de clients : si deviez garder une trace de tous ces clients et des multiples requêtes qu’ils faisaient, cela vous rendrait dingue. Le fardeau des souvenirs vous écraserait. Continuez la lecture

Tags: , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article My Month of (Almost) No Internet de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

GlucidesJ’ai commencé l’année avec le mois le plus difficile jusqu’à présent de mon Année à Vivre Sans : pas d’internet de toute la journée.

Ok, reformulons ça – je ne vais pas utiliser internet de toute la journée, sauf pour poster les trucs de mes blogs/sites ou pour la programmation. Et pendant une heure chaque jour à 17 heures.

Cela signifie que du matin à 17 heures, je ne peux pas regarder mes mails, lire des trucs en ligne, faire des trucs administratifs pour mon entreprise en ligne, aller sur mon compte bancaire en ligne, faire des recherches.

Pour être clair, voici les seules exceptions : Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , ,

Olivier Roland le 13 octobre 2014

Note : cet article est une traduction de l’article 12 Changes for 2014 de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Résolutions nouvel anQu’allez-vous faire de cette page blanche qu’est 2015 ?

Que pouvez-vous créer ? Quels changements pouvez-vous faire durer ?

Ce sont des questions à nous poser dès maintenant. Imaginez-vous dans un an, l’année 2015 finie – quelles nouvelles habitudes aurez-vous alors ?

Vous pouvez généralement utiliser l’approche habituelle et prendre quelques résolutions du Nouvel An, et échouer dans la plupart d’entre elles. Ou vous pouvez vous concentrer sur une habitude par mois, et utiliser des techniques éprouvées pour les faire durer.

À la fin de l’année, vous aurez 12 nouvelles habitudes. Même si seulement la moitié de ces habitudes arrive à tenir, votre vie en serait grandement changée.

Puis-je faire quelques suggestions ? Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Mine d'orNote : Cet article invité a été rédigé par Chantou du blog ménopause-zen.

Bonjour, je suis Chantou du blog ménopause zen. Un blog qui parle de ménopause et de transitions du milieu de vie au féminin. Un blog pour les femmes de la quarantaine, de la cinquantaine ? Pas uniquement, certains articles s’adressent aussi aux hommes !

Je remercie Olivier de m’offrir cette tribune pour partager avec vous un sujet particulièrement sensible pour les hommes et les femmes : la transition du milieu de vie.

Que l’on soit un homme ou une femme, entre 35 et 50 ans un processus particulier se met en œuvre dans le corps et dans la tête des individus que nous sommes : il s’agit de la « crise du milieu de vie » populairement appelée « crise de la quarantaine ». En réalité, ce processus n’est pas vraiment une crise, mais une transition.

L’éminent psychologue suisse Carl G. Jung situe la transition du milieu de vie entre 35 et 50 ans. D’autres psychologues tout aussi renommés comme Daniel J. Levinson, la situent entre 40 et 65 ans. Avouez qu’il y a une grande amplitude entre ces nombres ! Cependant, il y a une chose à retenir : entre 35 et 65 ans, quelque chose de fondamental se joue dans votre vie.

Si, à en croire ces spécialistes, tout individu tôt ou tard passe par cette phase transitoire durant laquelle émerge un besoin profond et irrésistible de changement, comment, dès lors, transformer cette transition en opportunité, mieux, en mine d’or et non en un tsunami ravageur ?

Avant tout : assurons-nous de parler le même langage pour avoir un référentiel commun et précisons simplement ce qu’on appelle « transition du milieu de vie et crise du milieu de vie ».

 

Transition du milieu de vie versus crise du milieu de vie : une opportunité de croissance personnelle pour vous

Continuez la lecture

Tags: , , , , ,

Olivier Roland le 10 octobre 2014

Note : cet article est une traduction de l’article The Fear of Being Alone de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

« Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, seul dans une chambre. » – Blaise Pascal

Chemin de solitudeUn nombre surprenant de gens a peur d’être seul. Peut-être même que nous en avons tous peur dans une certaine mesure.

Nous avons peur de nous retrouver sans partenaire, sans amis ou sans famille. Nous avons peur de voyager seul dans des lieux étrangers, perdu sans personne à qui demander de l’aide. Nous avons peur de nous lancer dans la vie sans aide, de peur d’échouer.

C’est naturel, cette peur d’être seul. Nous l’avons tous ressenti, au fond de nous, malgré que nous essayons désespérément d’éviter cette peur.

Et c’est la cause de notre misère : pour éviter cette peur d’être seul, nous allons socialiser sans fin, y compris sur les réseaux sociaux et par mail. Pour éviter d’être seul, nous finissons avec quelqu’un qui n’est pas vraiment bon pour nous, juste pour avoir quelqu’un à qui nous accrocher, quelqu’un à qui nous fier. Nous allons tous mal manger ou faire du shopping pour nous réconforter, parce que ces choses viennent en remplacement de l’amour.

Mais voilà le secret : être seul est source de pouvoir. Le calme de la solitude est une joie. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , ,

Olivier Roland le 8 octobre 2014

Note : cet article est une traduction de l’article The Calm Approach de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Calme et paixHier j’ai emprunté un van auprès de mon service de partage auto pour emmener ma famille chez un ami. J’ai descendu une rue bondée avec un sourire sur le visage, et un sentiment de paix dans le corps.

Pourtant, ce n’est pas quelque chose de normal pour moi. Toute ma vie, conduire a été quelque chose de stressant, qui me rendait tendu et anxieux par rapport aux gens autour de moi qui conduisaient mal, étaient sans gêne, trop agressifs, ou conduisaient trop lentement sur la voie rapide.

C’est frustrant et cela peut mettre en colère.

Mais en conduisant hier, j’ai eu une approche différente. J’ai eu une approche plus détendue, et je n’ai plus eu la sensation de devoir me précipiter où que ce soit. J’ai laissé les gens conduire comme ils voulaient conduire, et j’ai simplement suivi le trafic.

Cela peut être une approche pour la vie dans son ensemble. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article A Method to Find Balance de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

EquilibreMalgré le titre insipide de cet article, l’équilibre en vie personnelle et vie professionnelle est un peu un mythe.

Évidemment, nous travaillons trop, nous n’avons pas de temps pour toutes les autres choses que nous voulons faire, nous sommes toujours fatigués, nous mangeons ce qui est pratique ou confortable au lieu de nourriture nutritive ou nourrissante, nous n’avons jamais de temps pour la solitude… mais c’est la vie que nous voulons, non ?

Ok, peut-être qu’un léger réajustement est nécessaire. Le travail, la vie, l’apprentissage, les relations et la santé sont en fait tous la même chose, et donc « l’équilibre » est peut-être le mauvais mot, mais ajuster nos vies en fonction de nos priorités n’est pas une mauvaise chose.

Un ami m’a récemment demandé comment je trouvais un équilibre entre ma vie personnelle et tous mes projets, et cela m’a fait faire une pause et réfléchir. Et cette pause, et la réflexion, sont vraiment la clé de tout cela.

Voilà donc la méthode que j’ai utilisée. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , ,

Pieds sur le sableNote : Cet article invité a été rédigé par Gery de Pierpont du blog Into History.

Qui ne se remémore avec délices ses balades pieds nus sur le sable chaud ? Ou cette moquette angora caressée des orteils… Pour les Orientaux, les pieds jouent un rôle très important dans la relation avec la terre qui nous porte, assimilés qu’ils sont à des racines qui puisent dans le sol des énergies porteuses de vie. Une extraordinaire manière de se ressourcer… voire de s’imprégner de fragments d’histoire ! Prêts à tenter l’expérience ?

S’il est une zone de notre corps qui est souvent brimée dans nos sociétés occidentales, c’est bien la plante de nos pieds, tout asphyxiée qu’elle est au fond de chaussures étroites, enserrée dans de grosses chaussettes ou des bas nylon. Rares sont ceux d’entre nous qui laissent leurs orteils entrer librement en contact avec le sol plus de quelques minutes par jour. Une sensation pourtant si agréable (quand il n’y a pas d’éclats de verre ou de galets brûlants à redouter), comme on pouvait déjà le lire sur ce blog il y a deux ans (voir l’article « La philosophie des pieds nus » de Léo Babauta, traduit par Olivier Roland).

Pieds sur le parquetLa plante des pieds perçoit la chaleur et le froid, les douceurs et les rugosités, mais elle est aussi spécialement sensible aux différences de relief. Le poids du corps se répartit différemment d’un point à l’autre de la surface plantaire, créant des zones de pression qui varient à chaque instant selon notre position ou nos mouvements. Un grand nombre de « capteurs » y renvoient en continu des informations au cerveau, capitales pour nous permettre de garder notre équilibre et diriger nos pas.

 

Rétablir le contact avec la terre mère.

Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , ,

Note : cet article est une traduction de l’article Struggles with My Morning Internet Fast de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. » – Nelson Mandela

Ultra-marathonSamedi, j’ai fait ce que je pensais ne pas pouvoir faire !

J’ai couru un ultra-marathon de 50 miles (environ 80 km).

Maintenant, je ne suis certainement pas le premier à courir ce genre de course – des milliers d’autres coureurs, plus forts, meilleurs, l’ont fait. Je ne suis même pas un des plus rapides à courir ce genre de course – j’ai été tellement lent que j’ai tout juste atteint le temps limite officiel.

Donc je n’ai pas spécialement de mérite d’avoir couru cette course. Si je devais en attribuer le mérite, ce serait principalement à mon ami Scott Dinsmore, qui m’a encouragé à le courir puis a joué un grand rôle dans le fait que j’aie atteint la ligne d’arrivée.

Mais je suis fier d’avoir couru ces 50 miles. Parce que cela m’a montré que mes limites n’étaient pas ce que je pensais qu’elles étaient. Et c’était une façon pour moi d’enseigner la même chose à mes enfants vis-à-vis d’eux-mêmes, d’après mon exemple.

Il y a beaucoup à dire à propos de la course, qui a commencé à 5 heures du matin dans des conditions claires et très froides, et a continué pendant près de 14 heures sous un très beau temps (bien que frais) dans les montées et les descentes des collines infinies des merveilleux Marin Headlands. Sérieusement, c’est une région extrêmement belle et vous devriez y aller faire un tour en randonnée si vous passez par la Bay Area.

Mais au lieu de vous faire subir l’ennuyeux récapitulatif de ma course, je vais partager quelques leçons que j’ai apprises en cours de route. Continuez la lecture

Tags: , , , , , , , , ,

Mentions légales de la newsletter : L'abonnement permet de recevoir des informations relatives au développement personnel, à l’entreprenariat, et à l’efficacité professionnelle, et des offres commerciales de produits ou de services (la société/ses partenaires). Vous devez indiquer prénom et votre adresse email pour pouvoir vous inscrire (oui c'est une obligation légale d'écrire cela !). Pas d'email, ni de prénom : pas de newsletter, ni de vidéo… (je suis légalement obligé de vous écrire ça...) Le destinataire de cette liste est la société Les Editions Roland. Vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de modification, d’opposition et de rectification sur les données personnelles qui vous concernent en écrivant aux Editions Roland, 70/22 rue Léon Blum 59000 Lille France, Siren : 52090872400013, numéro de TVA intracommunautaire : FR21520908724, en joignant à votre demande une copie de votre pièce d’identité. Ce traitement est opéré techniquement par une société basée aux Etats-Unis, la société AWeber Communications, qui est certifiée "Safe Harbor". Cette société s'occupe de la partie technique de l'envoi des emails et héberge vos données (prénom, email, adresse ip, etc.).
Affiliation : vous devriez supposer que la société Les Editions Roland a une relation d'affilié avec les fournisseurs de biens et de services mentionnés dans ce blog et peut recevoir une compensation quand vous achetez un bien ou un service à ce fournisseur. Cela n'augmente pas votre prix d'achat du produit ou service et aide Olivier Roland et sa société à vous offrir tout ce contenu gratuit sur ce blog. Merci si vous le faites ! :) (voir la version longue de ces mentions dans la page des mentions légales complètes).